La maison écarlate ou la boucherie



COLLECTION LA MAIN À PLUME
Sonnets pour rien
No 23, décembre 2004

PRÉAMBULE

Oyez, oyez peuple, oyez tous qui, à demi assoupis dans le métro, les épaules repliées vers l’avant pour prendre moins de place, arrivez à tenir cette publication entre vos mains. La raison de ces sonnets aujourd’hui ? Pour des classes de français à la première session ? Pour dire que peu importent les formes poétiques, les outils technologiques et les illusions à la mode, ça reste toujours aussi heureux et compliqué d’être humain.
          Rien de nouveau sous le soleil ?
          Heureusement.



TEXTE INTÉGRAL EN PDF



Retour aux publications Automne 2004