COLLECTION VESTIBULLES

No 33, décembre 2005

PRÉAMBULE

Ça ne fait plus aucun doute, la bande dessinée se porte bien au Québec. Bon, ça ne veut pas dire que les auteurs roulent sur l’or, mais je me demande bien si nous avons déjà connu une telle effervescence (aussi constante et durable, surtout). Une chose est sûre, nous n’avions jamais atteint une telle masse critique de bons livres disponibles. C’est quand même quelque chose. Il n’y a peut-être pas eu de grande croissance dans la fréquence de parution des livres publiés ici, mais ces livres rejoignent un nouveau public. De nouveaux contacts (qu’on a attendus longtemps) sont faits bien au-delà des murs du ghetto de la bande dessinée, et nos livres sont lus par des gens qui sont tout simplement éveillés culturellement, et pas seulement « fans de bédés ». Ça fait du bien. Chez les auteurs, la créativité est au rendez-vous. La relève montre le bout de son nez, relève ses manches et nous montre ce qu’elle sait faire, et le jeune-quasi-has-been que je suis est ébloui par ce qu’il voit : de nouveaux sujets, de nouveaux tons, de nouvelles approches affranchies des influences classiques. Que de fraîcheur et d’énergie ! En tant qu’éditeur, je vois à chaque jour ce qui bouillonne dans les marmites, les chefs-d’œuvre de demain, et croyez-en ma parole, tout cela est bien ragoûtant. Mais en tant qu’animateur de l’atelier au cégep du Vieux Montréal, j’ai accès à de possibles surlendemains. Ce qui est pour moi un grand privilège, tout aussi exhaltant ! Il y a toujours une tendance dominante qui lie les travaux réalisés dans le cadre de l’atelier. Cette fois, l’absurde est à l’honneur. Les auteurs ont nourri leurs planches des infl uences des dadaïstes et autres poètes décalés. Vous constaterez vous-même l’omniprésence réjouissante d’histoires biscornues, de dessins tordus, d’expérimentations, de dérapages semi-contrôlés, un soupçon de dérive… Une douce folie anime ces auteurs, et je serai bien le dernier à tenter de les formater dans quelque chose de plus « normal ».Bravo à ces samouraïs du délire, et bonne lecture à vous…
Jimmy Beaulieu



TEXTE INTÉGRAL EN PDF



Retour aux publications Automne 2005