Méditations convulsives



COLLECTION PRISE 1

Méditations convulsives
No 22

Marc Santos


PRÉAMBULE

Les yeux au bout des doigts, je scrute le fond de l'aquarium comme si je scrutais la mer; à la recherche d'un merveilleux trésor, enfoui et oublié depuis déjà trop longtemps. Mais la mer n'est pas là, je ne le sais que trop bien. La mer est loin, très loin. La mer, perce les roseaux pour en faire des flûtes. La mer, gruge les étoiles pour en faire des galets. Dans le miel de mer, les faisceaux de lune se dispersent en de larges cônes, tournant, très doucement au début, puis, à l'envers. La mer, dénoue le fil du temps, pour que les hommes puissent s'y pendre lentement. La mer, elle n'est pas ici. Pas dans cet aquarium en tout cas. Une petite boîte où le verre se mêle à l'eau, où les monstres marins ne sont que de minables poissons oxydés d'ennui, qui se butent à une existence géométrique : cela ne peut pas être la mer. La mer ne respire pas avec un poumon de plastique opaque, la mer ne place pas les coquillages et les récifs par ordre de grandeur. Non, ce ne peut pas être la mer. Et pourtant, je creuse.

Les paupières fermées, en retenant mon souffle ; je creuse.



TEXTE INTÉGRAL EN PDF



Retour aux publications Automne 1997