Dépendance



COLLECTION PRISE 1

Dépendance

No 51
Gautier Langevin


PRÉAMBULE

La nuit dernière, j’ai vu la mort devant ma librairie.

Non. La nuit dernière, je n’ai pas vu la mort devant ma librairie. Ça ne se peut pas, voilà tout. La mort, ce n’est pas un concept physique, c’est élémentaire.

La nuit dernière, j’ai imaginé la mort devant ma librairie.

Non, je l’ai vue. En plus, je sais que la scène était bien réelle, j’ai touché et parlé à une dame qui m’a répondu affirmativement lorsque je lui ai demandé si elle avait vu l’homme.

Pourquoi la rue était-elle si déserte ?

J’habite pourtant en plein cœur de Montréal. Malgré l’heure tardive à laquelle s’est déroulé l’événement, il aurait dû y avoir des voitures et un peu plus de monde ! Trop de questions sans réponse me viennent à l’esprit.



TEXTE INTÉGRAL EN PDF



Retour aux publications Hiver 2003