La maison écarlate ou la boucherie



COLLECTION PRISE 1
La maison écarlate ou la boucherie
No 56, mai 2004
David Riendeau


PRÉAMBULE

Étant donné que l’abattoir se situait tout près du port, et donc en plein cœur urbain, je laissai ma vieille voiture de côté pour m’engouffrer dans les canaux du métro. J’utilisai ce moyen de transport à contrecœur. Je déteste me retrouver entassé au beau milieu d’une foule d’inconnus. Je n’ai rien contre la compagnie des gens en général, mais je ne peux supporter d’être parqué par dizaines dans un minuscule endroit. Je sens mon espace se rétrécir comme une vieille peau et ma gorge qui se serre.



TEXTE INTÉGRAL EN PDF



Retour aux publications Hiver 2004