Vestibulles no 21



COLLECTION VESTIBULLES

No 21



PRÉAMBULE

Les ateliers BD ont pratiquement toujours existé. Certains sont même devenus légendaires ! Hugo Pratt donna des cours en Argentine, Breccia influença plusieurs générations d'auteurs sud-américains et Jigé enseigna son art aux plus grands noms de la bande dessinée franco-belge.

Dans tous les pays, à toutes les époques, les ateliers BD répondaient à un besoin vital ! Celui qu'avaient les auteurs de montrer leur travail et de rencontrer leurs pairs. Nous pourrions énumérer pendant vingt pages les formidables avantages que procure à un auteur la fréquentation d'un atelier BD. Mais nous n'avons hélas qu'une page !

Cette dernière session qui vient de s'achever a passé à la vitesse de l'éclair. La date de tombée est arrivée si vite que les dessinateurs et les dessinatrices ont parfois eu l'impression qu'ils n'auraient pas le temps de terminer leurs histoires. La pression fait partie du métier, en fait, elle est presque nécessaire. Elle a bien servi nos auteurs, il me semble. Vous noterez l'étonnant progrès qu'ont fait certains habitués de l'atelier ! C'est stimulant de voir s'affirmer des talents. Ça prouve que l'atelier a un impact, une influence et un rôle à jouer.

Ici, au cégep du Vieux Montréal, nous avons la chance d'avoir un magazine pour publier nos BD. Car la publication est une partie essentielle du processus créatif ! N'oublions pas que pour les étudiants et les étudiantes, la parution dans Vestibulles de leurs bandes, constitue très souvent leur toute première publication ! C'est une étape mémorable dans le parcours d'un auteur, tous les bédéistes vous le diront ! Sans Vestibulles, les dessinateurs et les dessinatrices auraient beau terminer leurs planches, l'absence de publication leur laisserait une impression d'inachevé. Vestibulles concrétise et donne une réalité physique aux œuvres qui naissent dans l'atelier.

Sur ces mots d'optimisme, j'arrête immédiatement mon verbiage chers lecteurs et lectrices pour vous laisser découvrir cette nouvelle cuvée.

Grégoire Bouchard



Retour aux publications Hiver 1999