Au gré de mes pas



COLLECTION PRISE 1

Au gré de mes pas

No 27
Véronie Venne-Martineau



PRÉAMBULE

Dans le métro

Elle pleurait dans le métro. Tous la regardaient.
Elle aurait voulu qu’ils la consolent.

« Serrez-moi dans vos bras » aurait-elle eu envie
de crier à pleins poumons.

« Je pleure, je pleure toute ma peine et à peine
vous m’effleurez du regard. »

« Mes orbites se noient de douce pluie mélancolique. »

---

Elle sourit en pensant que, peut-être, elle n’existe
pas vraiment.

BANG 1
BANG 2
BANG 3

---

La foule lui rentre dedans, la frappe, la fissure,
elle, déjà fragile.

Ils ne veulent pas la voir.
Ne la voient pas.



TEXTE INTÉGRAL EN PDF




Retour aux publications Hiver 1999