Ouvert d'esprit
Recherche Lancer la recherche

« Accueil  >  Activités et services aux étudiants  >  Activités culturelles  >  Information générale  >  Semaine de la poésie

Activités et services aux étudiants

Semaine de la poésie

Troisième édition, du 17 au 21 novembre 2008

Thème : « Des images à dévêtir
Pour l'échangeur des solitudes » (vers d'André Roy)

 

Atelier poétique

Lundi 17 novembre, à 14 h 30, et mardi 18 novembre, à 15 h 30, au local A8.64
Avec Louise Desjardins

Louise DesjardinsNous vous proposons d’explorer le thème du numéro 21 de la revue Tric Trac avec la poète et romancière Louise Desjardins lors de deux ateliers littéraires qu’elle animera au cours de la Semaine de la poésie. Le thème, « Tube », est sans doute un peu singulier pour un atelier de poésie, mais c'est un défi stimulant. Cet objet cylindrique, allongé et creux, de verre, de plastique ou de métal, rigide ou mou, peut tout de même éclater en divers fragments. Entre le tube d’un canon et celui d’un rouge à lèvres, il y a mille mondes, dans lesquels s’insèrent la colle, la peinture ou le dentifrice, la chanson à succès et même le haut-de-forme.

Pour Louise Desjardins : « Les choses les plus  quotidiennes, les plus banales font partie de l’interrogation de l’univers. Comme l’arbre est dans la feuille qui pousse, bouge, se colore et tombe. Une tentative de saisir le sens de ce qui n’a pas de sens. » Depuis 1983, elle a publié de nombreux recueils de poésie, dont La 2e Avenue (Hexagone, 1995) et Silencieux lassos (Écrits des Forges, 2004), des romans, dont La Love (BQ, 2000) et Le fils du Che (Boréal, 2008), de même que des nouvelles, Coeurs braisés (Boréal, 2001). Elle est aussi l’auteure de la biographie Pauline Julien, La vie à mort (Léméac, 1999). Louise Desjardins est également traductrice de poésie.

Événements littéraires

Quai no 5
Spectacle littéraire
Lundi 17 novembre, à 19 h, au studio théâtre Alfred-Laliberté de l’UQAM

Quai no 5Quand on a grandi en Amérique, ce continent où le train ne passe pas souvent, on a beaucoup voyagé en autobus. Des images de terminus, on en a plein la mémoire. Les voyageurs se croisent, se sourient brièvement, mais le plus souvent demeurent enfermés dans leur bulle d’existence. Qui n’a pas trompé l’ennui des heures d’attente en imaginant ce que pouvait bien être la vie des inconnus croisés dans ces lieux de transit ?

Cette idée a inspiré à Tristan Malavoy un voyage à la fois littéraire et musical. Il a donc invité Fredric Gary Comeau, Ivy, Stéphanie Lapointe et Mara Tremblay à l’accompagner sur son Quai no 5, histoire de voir où ça pouvait les mener.

Ces artistes voyageurs, familiers du mariage entre mots et musique, interprètent des chansons et des poèmes sur les thèmes du voyage, du départ, de l’ailleurs, nous entraînant de l’Acadie au Québec et au-delà. Voyons ce qu’ils cachent dans leurs bagages…

Billets en vente au magasin scolaire l’Artéfact

Lancement de la revue Tric Trac et soirée de lecture
Mardi 18 novembre, à 18 h, au local A8.82

Revue Tric TracUn moment convivial à l’occasion duquel sera lancé le numéro 20, « Vacarme », de la revue littéraire Tric Trac. L’invité de ce numéro, qui a aussi animé un atelier littéraire au début d’octobre, est Pierre Samson. Suivra une lecture de poèmes et de prose poétique par les auteurs des textes publiés dans la revue Tric Trac et par des professeurs-écrivains du Département de français. La soirée, animée par des élèves de création littéraire, sera aussi l’occasion de dévoiler le nom des gagnants du cégep du Vieux Montréal dont les textes paraîtront dans la 16e édition de la revue intercollégiale de poésie Pour l’instant.

Le grand jeu du Slam
Mercredi 19 novembre, à 15 h 30, au local A8.82

Une rencontre de slam est un tournoi de poésie où des poètes s’affrontent amicalement. Leur performance est soumise au jugement de cinq jurys choisis au hasard dans l’assistance. Depuis deux ans maintenant, une ligue de slam existe au Québec, dont le dernier tournoi, le Grand Slam 2008, a eu lieu au mois de septembre dernier, dans le cadre du Festival international de littérature (FIL).

Au cours de la Semaine de la poésie, des étudiantes et des étudiants de Brigitte Caron, du cours Langage des arts de la scène, se mesurent entre eux au grand jeu du slam. La joute est animée par Mario Cholette, poète, slameur et professeur au Département de français du cégep du Vieux Montréal.

Table ronde

D’où viennent le goût, voire la nécessité d’écrire de la poésie ?
Jeudi 20 novembre, à 11 h 40, au local A8.82

Denise DesautelsAndré RoyDany Boudreault

D’où viennent le goût, voire la nécessité d’écrire de la poésie ? Ou encore, pour paraphraser la formule célèbre de Simone de Beauvoir à propos de la femme, naît-on poète ou est-ce qu’on le devient ? Comment cette parole-écriture, aussi libre qu’exigeante, fière d’être en marge des modes, des idées reçues, du prêt-à-penser et de la langue fast-food, s’impose-t-elle à certains ? Trois poètes québécois, Denise Desautels, André Roy et Dany Boudreault, seront invités à réfléchir à haute voix à ces questions lors d’une rencontre-causerie, animée par Robert Chartrand, professeur au Département de français du cégep du Vieux Montréal.

Expositions

Je m’affiche en poème
Hall d’entrée du 3e étage

Des balises simples – thème libre, support au choix, format imposé – ont donné naissance à la douzaine de poèmes-affiches exposés dans le hall du 3e étage. Ces oeuvres ont été réalisées dans le cours Aspect critique de la création littéraire de Guylaine Massoutre : « Il y a eu un temps où Michèle Lalonde donnait un fameux poème-affiche. C’était Speak White, en 1968. Depuis, voir, lire et songer font de nouveaux dires. Quand les mots rejoignent les images, les formes vues parlent aux formes lues. Douze étudiants de création littéraire donnent à leur tour une vision de leurs poèmes et s’affichent dans la communauté des arts. »

Les lieux de la poésie québécoise : 1830-1970
Artefacts des collections de la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie
À l’Agora

Le cégep du Vieux Montréal s’érige au coeur d’un quartier qui fut souvent le théâtre d’épisodes importants de la vie littéraire de la métropole : l’établissement des premières imprimeries, la naissance de l’École littéraire de Montréal, l’aventure de l’Hexagone autour de Gaston Miron, celle de Parti-Pris, la révolution des Automatistes, la Nuit de la poésie, en 1970, au Gesù, autant de moments qui se sont déroulés dans les environs du cégep du Vieux Montréal, autant d’acteurs majeurs de la littérature nationale qui furent nos voisins. C’est un voyage dans ces divers lieux de la poésie que propose Gaëtan Dostie, poète, éditeur et historien de la littérature, dans une exposition qui réunit des poèmes-affiches et des manuscrits, des toiles et des dessins, des photos d’hier et d’aujourd’hui, comme autant de témoignages de la richesse de la poésie québécoise.

Speak White

Lectures plurielles

À la bibliothèque

L’artiste française Sophie Calle a, pour son exposition « Prenez soin de vous », demandé à 107 femmes de différents horizons d’interpréter un courriel de rupture qu’elle avait reçu. Ces femmes ont répondu
à son invitation et ont analysé le court texte qui leur avait été transmis à la lueur de leur propre expérience (souvent professionnelle). De la même manière, il a été proposé à des élèves des cours Littérature québécoise et Littérature et imaginaire d’interpréter, à l’aide des outils qui leur sont propres, qu’ils soient reliés à leur champ d’études ou encore à un passe-temps, les poèmes Soir d’hiver d’Émile Nelligan et Le dormeur du val d’Arthur Rimbaud. De l’objet mécanique au plan d’intervention en travail social, des notes de musique au dessin d’architecture, du roman graphique à l’analyse psychologique, des élèves de tous les domaines ont donc traduit Nelligan et Rimbaud avec les approches, les techniques, les appareils et les matériaux qui leur sont familiers, et se livrent ainsi à un véritable choeur de lectures. Ce sont quelques-unes de ces réalisations, produites dans les cours de Luc Bouchard, Catherine Brunet, Philippe Dionne et Richard Lachance, qui sont présentées à la bibliothèque.

Les raids poétiques

Du raid, les élèves de première année en création littéraire ont retenu l’idée d’une opération éclair, mais certainement pas celle d’un acte guerrier. Au contraire, ils prêtent leur voix à des poètes du Québec durant toute une semaine : ils feront irruption dans des classes, à la bibliothèque, au Caf, alors que vous ne les attendrez pas, pour vous dire un poème. Ce commando poétique vous offre une pause dans vos activités, un temps suspendu pour écouter la musique des mots.

Notes sur la 3e édition

Cette troisième édition de la Semaine de la poésie est le résultat d’une collaboration entre le Canif et les professeurs et les élèves de Création littéraire. Nous remercions tous les professeurs du Département
de français qui ouvrent la porte de leurs classes aux raids poétiques.

Nous avons tiré du recueil Nous sommes tous encore vivants d’André Roy, paru aux éditions Herbes
rouges (2002), les vers « Des images à dévêtir – Pour l’échangeur des solitudes » qui donnent son titre à la Semaine de la poésie 2008.