La pilule anticonceptionnelle: une révolution à l’échelle de l’Occident

Félicia Massé (Sciences humaines) 

Au cours du XXe siècle, les femmes ont traversé plusieurs événements qui ont marqué leur existence. Certains d’entre eux ont littéralement chamboulé le cours de leur histoire, que ce soit le droit de travailler, le droit de vote, le mouvement féministe ou même l’ordination des femmes au sein de l’Église anglicane. Mais un événement tout simple a réussi à révolutionner l’univers féminin au complet : la liberté d’enfanter. L’introduction de la pilule anticonceptionnelle a donné tous les pouvoirs aux femmes. Désormais, elles ont le droit de choisir d’avoir des enfants ou non, de choisir quand elles en veulent. Cette pilule marque le début de la libération sexuelle et donne aux femmes la liberté de mener leur vie comme elles l’entendent. Mais tout d’abord, survolons donc la petite histoire de cette fameuse pilule miraculeuse.

C’est en 1956 que le chercheur américain Gregory Pincus ainsi que son acolyte le chercheur G. Rock ont inventé la pilule anticonceptionnelle. Cette pilule permet le blocage de l’ovulation, donc empêche la femme d’enfanter. Rapidement, on procède à des tests à Porto Rico qui se révéleront un franc succès. En 1960, la Food and Drug Administration , une institution américaine ayant autant de pouvoir qu’un ministère de la santé, autorise la vente de cette pilule sur le marché. Dès lors, c’est la folie. Les femmes se battent pour le droit à la contraception.

C’est en 1967 que la loi américaine Neuwirth dépénalise enfin la contraception. À partir de ce moment, n’importe quelle femme peut se procurer la pilule avec une prescription médicale. La pilule contraceptive a été pour la femme une sorte de révélation. À l’époque, il était commun de voir des femmes ayant sept, dix, voire douze enfants. Telle était la loi de l’Église : “croissez et multipliez”. L’acte sexuel ne servait qu’à procréer. Les femmes se voyaient donc confinées à rester à la maison. Elles étaient aliénées à leur domicile à s’éreinter avec les travaux ménagers et à élever leur marmaille pendant que leur époux travaillaient pour gagner leur maigre pain. La pilule anticonceptionnelle a bouleversé cette réalité du tout au tout. Le commandement divin avait désormais une faille : la femme avait maintenant le pouvoir de choisir d’avoir des enfants ou non, ou du moins de choisir le nombre d’enfants qu’elle désirait. Fini le temps des grossesses surprises à répétition. Fini le temps où les femmes se tuaient après un ennième accouchement. Fini le temps où le petit douzième mourrait en bas âge étant donné la faiblesse de la mère durant la grossesse. Fini le temps où les mères passaient leur vie entière entre les couches et les biberons. Ces temps furent définitivement révolus.

La pilule: un facteur d’émancipation

L’avènement de la pilule contraceptive donne aussi un autre choix à la femme : celui de choisir le moment propice où elle se sent prête physiquement et psychologiquement à avoir des enfants. Plus que jamais, le fait d’avoir un enfant devient une décision importante qui doit se préparer. Cela coûte cher à entretenir, à nourrir, à vêtir. Les femmes peuvent donc attendre d’être totalement sûres de leur choix et désirer leur enfant. Elles ne se voient plus emprisonnées par la grossesse, mais considèrent désormais celle-ci comme un beau cadeau de la nature, une grande décision et non plus comme une obligation ou quasiment comme une routine. Cette liberté d’enfanter leur permet donc de bien préparer la venue de ce petit être qui fera leur bonheur puisqu’elles l’auront voulu réellement et auront attendu le meilleur moment pour le faire venir au monde.

L’introduction de la pilule anticonceptionnelle a aussi marqué le début de la libération sexuelle. À la fin des années soixante, on voit un peu partout des slogans sur le “droit au plaisir”, sur le “contrôle du ventre”. On ne considère plus la sexualité féminine comme un objet de procréation, mais aussi comme une source de plaisir. La femme peut désormais choisir ses partenaires sexuels sans avoir peur de se retrouver enceinte. Faire l’amour pour le plaisir devient quelque chose de bon et non une façon d’agrandir la famille une fois de plus. Évidemment, l’Église catholique n’est pas de cet avis, mais la femme libérée n’en tient pas compte et désire vivre une sexualité épanouie, comme il ne lui est jamais arrivé de vivre avant l’arrivée de cette petite pilule quasi magique.

De plus, l’avènement de la pilule contraceptive a rendu la femme libre de choisir l’orientation de sa vie. Les femmes désirant poursuivre leurs études à un niveau supérieur ont pu le faire sans être interrompue par une grossesse indésirée. De plus en plus, les femmes réussissent avec brio leurs études et accèdent au marché du travail haut la main. Grâce à cette petite pilule apparaissent des femmes de carrière qui réalisent leurs rêves. Elles ne sont plus obligées de rester enfermées dans leur maison à moucher des nez et à nettoyer des genoux écorchés comme leurs mères le faisaient pendant que leur père travaillait pour subvenir à leurs besoins. Maintenant, elles peuvent mener une vie professionnelle indépendante, gagner elles-mêmes leur vie et se suffire à elles-mêmes. La pilule anticonceptionnelle a fait naître une nouvelle race de femmes : les femmes LIBRES.

Pour résumer, l’année 1956 fut une année cruciale dans l’histoire des femmes du XXe siècle. L’introduction de la pilule contraceptive fut l’événement le plus marquant de toute l’histoire féminine. La femme s’est vu donner le droit de choisir si réellement elle voulait avoir des enfants ou non. Elle a eu le droit de choisir le moment propice d’en avoir. Cette pilule a aussi marqué la libération sexuelle de la femme; maintenant, on peut faire l’amour par pur plaisir, sans avoir peur de se retrouver enceinte et confinée à la maison pour le reste de ses jours. De plus, la femme s’est trouvée libre de mener sa vie professionnelle comme bon lui semblait puisqu’elle en a eu le pouvoir.

La pilule s’est révélée comme un cadeau du ciel pour la femme et encore aujourd’hui les femmes l’utilisent énormément. En 1993, on comptait plus de 70 millions de femmes dans le monde entier prenant la pilule contraceptive. À l’ère du XXIe siècle, il est temps de se demander quel événement marquera ce début de millénaire nouveau; qui sait, peut-être s’agira-t-il de la pilule anticonceptionnelle pour la gent masculine!

Le passé composé, vol.1, no2 (avril 2000)

© CVM, 2004