Les répercussions actuelles d’un événement fondateur: la Révolution française

Mathieu Davoine-Tousignant (Sciences humaines) 

1789 est la date qui a changé le monde et qui, aujourd’hui encore, continue d’influencer le monde moderne. 1789 c’est la révolution française. La première révolution bourgeoise. La monarchie et la noblesse sont détrônées au profit des bourgeois qui, motivés par les idées libérales de John Locke et de bien d’autres, profitent du climat social explosif pour lancer au son de “liberté, égalité, fraternité”, leur fabuleuse ascension vers la direction totale du monde.

La révolution industrielle suit. Les bourgeois, sans la contrainte des nobles, s’enrichissent sans mesure et, par le fait même, accroissent leur pouvoir sur le monde. Le peuple est soumis aux règles du marché, les salaires sont pitoyables, le chômage élevé contribue à la précarité des emplois alors que les terres, de plus en plus productives grâce à la nouvelle machinerie se vident et provoquent un immense exode rural. Certains observateurs, comme Marx, trouvent la situation créée par la révolution industrielle inacceptable et inhumaine. Marx lance alors la théorie de la lutte des classes et, pour répondre aux nouvelles inégalités sociales, propose des solutions qui paveront la voie du communisme et du socialisme.

Dans un contexte où la classe dirigeante n’est plus la noblesse, les règles du jeu changent. Plus on est possédant, plus on est puissant. Le pouvoir n’est plus une affaire de sang, mais une affaire d’argent. Les nombreuses crises économiques de la fin du XIXe siècle créent une concentration de capitaux entre les mains d’une élite restreinte. Les nombreux prolétaires, qui vivent dans une misère dramatique et grandissante, commencent lentement à s’organiser. Des syndicats sont formés au tournant du XXe siècle. On assistera même à une révolution communiste, donc anti-bourgeoise, en Russie qui donnera naissance à l’U.R.S.S.

Après la Première Guerre mondiale, il ne reste presque plus de monarchies absolues en Europe. La plupart des pays sont des républiques ou des monarchies constitutionnelles. La démocratie s’est installée, elle a envahi le monde occidental, même bien avant la guerre. On a qu’à penser au “printemps des peuples” de 1848 pour se rendre compte de l’énorme influence de la révolution française dans l’Occident de l’avant-guerre avec une de ses idées maîtresses: le droit des peuples à l’autodétermination. Il y a cependant un mouvement de menace directe à la démocratie qui s’installe après la guerre chez ceux que l’on a appelé les puissances révisionnistes. Plusieurs groupes fascistes trouveront, dans l’Europe de l’après-guerre, le moyen de passer par la démocratie pour installer des régimes totalitaires de droite. On assistera à la Deuxième Guerre mondiale qui trouvera ses justifications dans la sauvegarde de la démocratie et le respect des droits. Les démocraties occidentales bourgeoises ne pouvaient moralement pas accepter les totalitarismes menaçants d’Hitler et de Mussolini.

La guerre terminée, les bourgeoisies  européennes se retrouvent durement affaiblies. Ce sont les bourgeois américains qui, via leur gouvernement, les aideront à se reconstruire et se porteront garants du maintien de la démocratie dans les pays capitalistes. L’ennemi des démocraties bourgeoises occidentales devint le communisme; doctrine anti-bourgeoise qui est née des problèmes engendrés par le capitalisme, par les bourgeois. La guerre froide durera longtemps. De Hiroshima à la chute du mur de Berlin en passant par la crise des missiles à Cuba, cette guerre “froide” en fera trembler plus d’un.

Dans ce climat de guerre froide, un des concepts forts de la Révolution française, le droit des peuples à l’autodétermination, anime le mouvement de décolonisation des pays du sud. Les pays décolonisés, devenus indépendants, adoptent les modèles démocratiques occidentaux, souvent inspirés de la révolution française.

Les bourgeois de l’après-guerre froide sont devenus ultra-puissants. Ils dominent le monde grâce, entre autres, au FMI et à la Banque Mondiale, organismes affiliés à l’ONU. Ils prônent la libéralisation des échanges commerciaux, l’abolition des tarifs douaniers etc. Bref, ils ouvrent la voie à la dictature du capital et des règles du marché. Des traités sont signés entre les pays pour faciliter les échanges commerciaux comme l’APEC ou l’ALENA. D’autres, à vocation plus universelle, sont en voie de l’être. L’AMI, qui a avorté en 1998, est en train de se renégocier au sein de l’OMC, organisme qui chapeaute les échanges commerciaux de 134 pays. Composée de bourgeois surpuissants, cette organisation est un lieu où les États du monde vont négocier une perte de contrôle de leur économie pour laisser au marché toute la latitude possible afin qu’il soit seul roi et seul maître.

Grâce au peuple, les bourgeois se sont libérés de la noblesse oppressante. C’est en 1789, avec la Révolution française que s’est déclenchée l’irréversible ascension des bourgeois vers le pouvoir. La Révolution française s’est répandue et, avec elle, le libéralisme économique qui n’a, depuis la chute du bloc communiste, plus trouvé de résistance. Le néolibéralisme, qui menace le démocratie et la souveraineté des États est devenu la seule idéologie dominante du monde. La Révolution française a ouvert la porte à la domination totale de la planète aux bourgeois. Le sommet de Seattle a constitué le dernier épisode en date illustrant cette volonté hégémonique. Nul doute que le XXIe siècle verra l’apogée totale du règne bourgeois sur le monde, et toutes les conséquences que cela implique.

Le passé composé, Vol.1, no2 (avril 2000)

© CVM, 2004