La fixation de la croyance selon Peirce

par Raymond-Robert Tremblay, du cégep du Vieux Montréal

 

Charles S. Peirce s'est toujours interrogé sur les possibilités et les limites des connaissances humaines. Mais cette question en recouvre une autre. En effet, qu'est-ce qu'une connaissance pour moi, sinon une proposition que je crois être vraie ? Il est naturel de penser que ce que nous croyons est vrai, car sinon nous cesserions d'y croire, ou au mieux nous refuserions de nous prononcer à son sujet. Mais le problème de la croyance fait immédiatement surgir le problème du doute. Car si quelqu'un d'autre ne croit pas ce que je crois, c'est qu'il doit avoir des raisons (bonnes ou mauvaises) d'en douter. Or, le doute est un thème très important de l'histoire de la philosophie. Il importe de connaître son rôle exact, et surtout de pouvoir dire quand il est raisonnable de douter et quand ça devient abusif. Ce sont les questions qu'il aborde dans le texte écrit en 1877 intitulé "Comment se fixe la croyance".

Logique et raisonnement

Il est certain que la logique joue un grand rôle pour les êtres humains. À partir de certaines connaissances acquises, la logique permet de déduire des vérités nouvelles. Mais l'être humain n'est pas uniquement un être logique, il se berce constamment d'espoirs et de visions optimistes, afin de rendre sa vie plus supportable. Ainsi, généralement logiques en ce qui concerne les choses pratiques, les êtres humains sont plutôt extravagants dans les autres domaines.

Doute et croyance

Les croyances sont très importantes, car ce sont elles qui orientent nos désirs et nos actions. Les gestes en apparence les plus absurdes, paraissent plus cohérents si on les met en rapport avec les croyances de ceux qui les ont posés. Ainsi en est-il des suicides collectifs, lorsque les adeptes croient se débarrasser uniquement de leurs enveloppes charnelles pour entreprendre un voyage extra-terrestre. Plus une croyance est forte, et plus elle influence nos actions. L'état de croyance est calme et agréable.

Au contraire, le doute est un état de malaise et nous rend incapables d'agir. Il laisse nos questions en suspens et en crée de nouvelles encore plus irritantes. Le doute nous pousse à chercher de nouvelles réponses afin d'abolir l'état de malaise qui l'accompagne et de le remplacer par un nouvel état de croyance. La croyance est une habitude agréable; le doute est un état de déséquilibre qu'on tente de surmonter par la recherche de "la vérité".

Lorsque nous adhérons à une nouvelle croyance, nous supposons alors que cette opinion est vraie, et nous sommes satisfaits, que cette croyance soit "objectivement" vraie ou fausse importe peu dans la mesure où, si nous y croyons, nous pensons forcément qu'elle est véridique.

Mais d'où viennent nos croyances ?

La méthode de ténacité

Les gens croient toutes sortes de choses, et ces croyances proviennent souvent de la simple répétition obstinée de ce qu'ils croient déjà. La méthode de ténacité est à la fois la plus bornée et la plus solide des formes de croyance. Il suffit de répéter que nos opinions sont vraies, irréfutables et bonnes, et de rejeter tout ce qui va en sens contraire. Ainsi, bien des gens croient qu'ils iront au ciel s'ils se comportent de telle et telle façon, que cela soit vrai ou faux, ils y croient et cela leur apporte du réconfort. C'est une méthode d'autruche, car s'il y a un fait qui contredit notre croyance, nous nierons simplement que ce fait existe! Mais cette méthode s'affaiblit lorsqu'on se rend compte que d'autres personnes pensent différemment de nous, avec la même conviction. L'être humain est un être social, et il se préoccupe toujours de ce que les autres pensent. Cela peut jouer en faveur ou en défaveur de la méthode de ténacité.

La méthode d'autorité

Dans l'histoire, on peut constater la force de cet instinct social. Lorsqu'un État contrôle les institutions, les écoles, les églises et les médias, il est en mesure d'imposer un point de vue unique, une doctrine, et d'obliger la masse du peuple à vivre dans un "esclavage intellectuel". Le catholicisme a longtemps été une religion d'État. Il en est de même de l'Islam dans certains pays. Ce fut la même chose en Union soviétique avec le communisme et en Allemagne avec le nazisme. Il s'agit alors d'imposer et de maintenir une orthodoxie idéologique sans faille en opprimant les opposants. Mais cette méthode est imparfaite, car elle évolue peu et nulle doctrine ne peut couvrir tous les sujets et contrôler tous les esprits. Un jour ou l'autre, certains individus se questionnent, par exemple en comparant leurs croyances à celles qui ont cours dans d'autres pays, et avec la conscience de ces différences le doute s'installe enfin. Éventuellement, ils verront le caractère arbitraire de ces deux premières méthodes et chercheront une meilleure manière pour établir leurs croyances.

La méthode "a priori"

C'est exactement ce qui s'est produit lorsque la philosophie est née et tout au long de sa tumultueuse histoire. Les différents systèmes métaphysiques ont remis en question les croyances de leurs époques, puis furent ensuite eux-mêmes contestés. Les vérités fondamentales des systèmes métaphysiques sont adoptées moins parce qu'elles sont conformes aux faits que parce qu'elles plaisent à la raison. Platon est un bon exemple de cela, lorsqu'il affirme que les sphères célestes (les astres et les planètes) doivent être distancées proportionnellement à la longueur des cordes des harmonies musicales. Les idées métaphysiques ne reposent que très peu sur des observations, mais paraissent vraisemblables d'un certain point de vue. On les décrète alors vraies, car possibles! Cette méthode est très inventive et elle a donné naissance à de nombreuses philosophies très intéressantes, mais douteuses.

La méthode scientifique

Peirce pense donc que la méthode scientifique est supérieure aux autres. Son postulat fondamental est le suivant: "Il existe des réalités dont les caractères sont absolument indépendants des idées que nous pouvons en avoir." Par l'observation systématique et le raisonnement logique, il est possible de connaître ces réalités. C'est une méthode communautaire, car elle implique une collaboration entre savants. C'est une méthode critique et ouverte, car elle s'appuie sur le doute et le raisonnement. Elle ne fait pas appel aux sentiments mais plutôt à des règles rigoureuses qui permettent de remettre continuellement ses propres résultats en cause.

Avantages des méthodes non-scientifiques

Si la méthode scientifique est si bonne, on peut se surprendre qu'elle soit si peu populaire. C'est qu'elle n'est supérieure que d'un point de vue logique ou intellectuel, non d'un point de vue humain! La méthode "a priori" flatte l'orgueil du penseur qui se trouve forcément d'accord avec ses propres tendances. La méthode d'autorité permet d'organiser de grandes masses de gens et les dispense de l'effort pénible de la réflexion et du doute. Elle sanctionne cruellement les dissidents et introduit une forme subtile d'autocensure morale: elle assure ainsi l'ordre social. La méthode de ténacité est le propre des caractères les plus décidés et des personnes d'action! On ne perd pas de temps à peser le pour et le contre, on agit par instinct. Elle est donc très efficace, du moins à court terme.

Systèmes de croyances

Le seul problème, est que ces méthodes traditionnelles n'assurent aucunement que les croyances adoptées soient conformes à la réalité. En fait, souvent, ces opinions ne reposent sur rien! Mais la plupart des gens préfèrent conserver leurs systèmes de croyances tels qu'ils sont, intégralement, sans les remettre en question, car ils craignent d'examiner leurs bases, de peur d'y trouver des défauts incurables. La méthode scientifique est lourde, ses résultats sont incomplets et souvent remis en chantier. Ses résultats sont souvent inutilisables lorsqu'il s'agit de s'orienter dans la vie ou de se rassurer.

Bilan

Dans ce texte remarquable, Peirce nous interpelle et nous invite à remettre en question notre système de croyances actuel. Il montre que plusieurs de nos croyances reposent uniquement sur la tradition, l'habitude ou des influences extérieures pressantes. Il nous invite à utiliser notre raison de manière scientifique pour les remettre en cause.

Il est impossible d'aboutir ainsi à un système de croyances unique et totalement objectif. Certaines questions échappent à la méthode scientifique: la question des valeurs, la question du sens de la vie, la question de l'interprétation globale de la culture, etc. Il est psychologiquement impossible de renoncer totalement à toutes nos croyances acquises par ténacité, autorité ou réflexion métaphysique. Notre équilibre personnel autant que les impératifs de l'action s'y opposent.

Mais on peut répondre à son invitation en admettant que notre système de croyances est faillible, qu'il est généralement préférable de suivre la raison plutôt que d'adopter des croyances farfelues, et que toutes les opinions doivent être un jour ou l'autre questionnées par le doute. Car le doute est notre meilleur allié contre l'erreur de jugement.

Cependant, il ne faut pas oublier que le doute ne se suffit pas à lui-même, parce que «le seul but de la recherche est de fixer son opinion». Le travail de la science, dans tous les domaines, consiste à établir les croyances les plus vraisemblables à un moment donné, dans un effort sans fin pour connaître la réalité.

© CVM, 1997