Ouvert d'esprit
Recherche Lancer la recherche

« Accueil  >  Étudiants actuels  >  

Étudiants actuels

À l'agenda

Omnivox
cegepduvieuxmontreal cegepduvieuxmtl cegepduvieuxmtl
Actualités

Récits de voyage - Trois semaines en Haïti

1- Arrivée en terre Haïtienne – Nou rivé

Tout a commencé à la session d’hiver 2017 avec la formation de notre groupe de stage. Un an plus tard, après plusieurs campagnes de financement, quelques découragements et beaucoup de beaux moments vécus ensemble, on se retrouvait à 3h du matin à l’aéroport de Montréal pour le jour J. On était toutes très fébriles, nerveuses et excitées à l’approche du départ. Nous avons vécu un moment de stress lors de notre transfert à Miami, car on avait peur de manquer notre vol pour le Cap-Haïtien. Nous avons donc dû courir dans l’aéroport pour pouvoir attraper notre avion. Une fois rendues au Cap-Haïtien, la verdure et la chaleur nous ont frappées. À notre sortie de l’aéroport pour rejoindre notre véhicule, nous avons vécu un certain chaos, car plusieurs travailleurs se jetaient pour prendre nos valises. On ne comprenait pas trop ce qui se passait autour de nous et on ne savait pas trop comment réagir. À notre entrée dans le véhicule, on était un peu déstabilisées par la conduite automobile sur place et l’utilisation du klaxon. On a remarqué qu’il y avait beaucoup d’animaux dans les rues et aussi beaucoup de déchets par terre. Dès qu’on a quitté la ville pour aller vers notre auberge, on a pu constater que les habitations semblaient plus aisées et plus éloignées les unes des autres.

Lorsque nous sommes arrivées à l’auberge, nous avons séparé les chambres et les lits, ensuite nous nous sommes installées tranquillement. Par la suite, on s’est regroupé à l’extérieur autour d’un bon dîner. On était toutes très fatiguées après cette grosse journée, mais nous étions très excitées pour la suite du stage! Le lendemain matin, nous sommes allées visiter chaque milieu de stage. Nous avons commencé par le dispensaire St-François. C’est un petit milieu charmant et l’infirmière était très accueillante. Ensuite, nous sommes allées au dispensaire de Robillard où une chorale d’enfants nous attendait et nous ont donné un bricolage de fleurs en cadeau. Ensuite, nous sommes allées nous promener un peu dans le village où un charmant monsieur nous a offert de venir s’asseoir chez lui et il nous a cueilli des noix de coco.

Après, on est retournée au dispensaire où on a partagé un grand festin avec les élèves du collège Notre-Dame et le père Sylverstre. Après le repas, nous nous sommes dirigées à l’hôpital de la convention baptiste et nous avons fait le tour de chaque département avec Miss Andryse. Nous avons assisté, sans le savoir sur le moment, à la réanimation d’un bébé en pédiatrie. On a toutes été un peu sous le choc d’avoir été invité à entrer au même moment. Sur le coup, on ne comprenait pas ce qui se passait à cause du calme des gens sur place. C’est une fois que tout le monde est entré qu’on s’est rendu compte de la gravité de la situation avec les paramètres de saturation qui étaient très diminués. On sentait qu’on n’était pas à notre place, on se sentait mal à l’aise et on sentait un sentiment d’étrangeté dû au fait qu’au Québec, on n’aurait pas invité un groupe de stagiaires à entrer à un tel moment. En cette fin de journée bien chargée, nous sommes rentrés à l’auberge fatiguées, mais excitées par la suite des événements qui nous attendent!

Par Justine Caron-Turbide et Mariane Courchesne-Monette

 

2- Chaleureux accueil 

Suite aux visites dans nos milieux, nous avons débuté nos stages dès le lendemain matin. Les premières journées ont été beaucoup d’adaptation. Les infirmières de nos milieux nous ont montré le fonctionnement et les techniques pratiquées à chaque endroit. Durant la première fin de semaine, nous avons visité le Palais Sans Souci et la Citadelle La Ferrière dans le village de Milot. Durant cette journée, nous avons vécu un choc culturel, car il y avait beaucoup de locaux qui nous dévisageaient et nous disaient des sottises. Heureusement, après la visite, Maurice nous a reçus pour le dîner, au Centre Culturel Lakou Lakay de Milot. Nous étions tous très émus par le chaleureux accueil et l’ambiance durant le repas. Puis, dimanche, nous avons pu nous reposer à la plage de Cormier.

Dans la semaine qui suivi, nous avons pu faire plusieurs activités reliées au stage. Les filles qui étaient au dispensaire Rose Merci de Robillard, Ann-Sophie, Sabrina et Frédérique, ont eu la chance d’aller faire une clinique mobile dans le village de Grande Ravine. Elles ont marché pendant plusieurs heures pour atteindre le petit village qui se trouvait de l’autre côté d’une montagne. Ce fut une expérience exceptionnelle. Du côté du dispensaire de St-François de Sales, Maude et Élodie ont pu assister, chaque matin, à une prière majestueuse de Miss Carmel. Cette prière permet également de faire de l’enseignement aux patients qui attendent d’être soignés. Sinon, elles ont pu s’occuper des patients hospitalisés et de faire des suivis auprès de la clientèle. De leur côté, Mariane et Justine ont pu passer du temps en médecine interne et à l’urgence de l’Hôpital de la Convention Baptiste d’Haïti. Elles ont vraiment aimé l’urgence, car elles voyaient qu’elles se sentaient utiles. Lors de la première clinique de vaccination de l’hôpital, nous avons payé le carnet de suivi de poids pour tous les enfants présents. Ce geste a permis aux enfants d’avoir accès à un suivi à la Convention jusqu’à leurs 7-8 ans. De plus, nous avons payé l’admission et les soins d’un jeune homme qui avait subi plusieurs blessures. Le mercredi, nous nous sommes rendus à Robillard, où on a fait de l’enseignement dans 2 écoles et à l’orphelinat du Père Sylvestre sur le brossage des dents et le lavage des mains. Le jeudi, nous avons fait une autre clinique mobile, à Petite-Anse, avec le personnel de la Convention. Nous sentions vraiment que nous faisions la différence grâce à notre efficacité et notre bonne organisation. Ce fut une agréable journée. Vendredi après-midi, les filles de Robillard ont eu la chance d’assister le gynécologue et obstétricien, Dr. Durand, dans un accouchement. Sabrina fut celle qui sortit le bébé, puis Frédérique et Ann-Sophie se sont occupées des soins du nouveau-né. Ce moment fut très émouvant et rempli de beaux souvenirs.

Durant la dernière semaine de stage, nous avons eu la chance de participer à plusieurs autres cliniques mobiles. Sabrina, Maude et Élodie se sont rendues à Bois-Cadet avec le dispensaire de Robillard, afin d’assister le médecin aux consultations. Le lendemain matin, Élodie et Maude sont allées à Chastenoy faire de la vaccination. Elles travaillaient en collaboration avec Mariane et Justine, qui elles, faisaient des visites à domicile accompagnées de la matrone et d’un aide-soignant. Elles ont eu la chance de faire de l’enseignement sur l’allaitement à une mère de jumelles dénutries. Encore une fois, elles ont adoré leur expérience. Pour la dernière journée, les stagiaires de Robillard ont travaillé conjointement avec le Dr. John Carroll, un cardiologue américain de l’état d’Illinois. Elles ont pu échanger autour d’un repas sur son organisme qui vise à amener des enfants malades de partout à travers le monde pour leur faire la chirurgie cardiaque nécessaire à leur condition.

Puis, nous avons tous profité des derniers moments avec le personnel qui nous a si bien accueillies. Nous en avons aussi profité pour échanger nos coordonnées. Il est certain que nous resterons en contact avec toutes les personnes qui nous ont permis de grandir à travers cette magnifique expérience.

Par Ann-Sophie Laurin, Sabrina Larose et Frédérique Stébenne

 

3- Au revoir Haïti, Merci! Ayiti n’alé, Mèsi!

Pour notre dernière journée de stage, nous sommes d’abord allées visiter l’Université Notre-Dame d’Haïti où nous avons rencontré les étudiantes en soins infirmiers de troisième et quatrième années. Malgré un premier contact légèrement gênant avec nos comparses haïtiennes, la discussion devint plus fluide lorsque nous avons pris le temps de poser des questions sur leur réalité en petits groupes. Une rencontre avec le directeur académie que l’école a permis de créer un partenariat futur entre nos deux établissements pour échanger nos connaissances sur des problèmes spécifiques à nos pays d’origines. Notre journée s’est poursuivie avec la visite de l’Institution sanitaire du Nord, une école privée d’étudiantes en soins infirmiers. Nous avons visité un laboratoire de pratique semblable au nôtre mais adapté au rôle d’infirmière élargi en Haïti avec du matériel spécifique. Par exemple, un simulateur d’accouchement et l’équipement pour la pratique de points de suture puisque ces techniques relèvent davantage de la responsabilité infirmière en Haïti.

Bref, la journée nous a permis d’ouvrir nos horizons et de conclure notre stage d’une merveilleuse façon. Après avoir terminé nos douze jours de stage, c’était maintenant le temps de se reposer un peu. Grâce à l’un de nos accompagnateurs locaux, nous avons passé la journée sur une petite plage dans la baie de Cadras où l’eau de l’océan et l’eau de la montagne se rencontrent. La journée fut mémorable à cause de la beauté de l’endroit et de sa tranquillité unique. Le temps fût venu de faire nos au revoir et nos remerciements dans les trois milieux de stage. Miss Andrise et Miss. Augustin de l’urgence de HCBH nous ont grandement remercié de notre contribution en terme ressource humaine et de matériel de soin. Miss Carmel de l’hôpital St-François de Sales nous fit un mémorable dernier sermon sur la santé et la bonne hygiène de vie. Pour notre dernière visite à Robillard, nous avons eu droit à un spectacle de talents organisé par les infirmières et dans lequel des enfants de l’école voisine, un médecin, quelques infirmières et des employés de l’endroit nous ont dédicacé chants, poèmes, devinettes et danses.

C’est avec une larme à l’œil que nous échangeâmes nos remerciements respectifs qui mirent un terme définitif à notre propre stage mais que temporaire au stage en Haïti du Cégep du Vieux-Montréal puisqu’en novembre prochain, d’autres étudiantes auront la chance de vivre ce beau stage.

Le jour du départ est déjà arrivé et c’est avec le cœur gros mais heureux que nous quittons la demeure de Françoise et les gens qui nous ont si bien accueillis ; Val, Arold, Cremizu, Michelaine, Foufou, Cétyl, Ben et Frendi. Mési ampli pou vwayaj sa a.
bèl Ayiti, nou kontan wé ou nap tounin !

Par Élodie Lavallée-Davis et Maude Lajeunesse



Retour à la page d'accueil des étudiants actuels