Modélisation et dessin technique 3

Cours 9

Introduction au tolérancement géométrique de forme

Parce qu’en design industriel les autres types de spécification sont rarement pertinents, dans ce cours, seul le profil de surface est abordé en ce qui concerne le tolérancement géométrique de forme.
Dès que deux formes conjuguées ne sont pas parfaitement circulaires, il est difficile de calculer leurs dimensions avec la méthode de tolérancement direct (méthode classique) à cause de l’accumulation des tolérances. Heureusement, les tolérances géométriques de forme permettent d’envisager le problème globalement.
Examinez le travail réalisé au cours précédent. Si l’on tient compte que les tolérances peuvent s’accumuler, les pièces demeurent-elles fonctionnelles ?
La figure 12.30 (Tolérance de forme d’un contour de surface page 357) du livre de dessin technique illustre une tolérance géométrique de forme. Ce type de description géométrique n’autorise pas l’accumulation de tolérance. Les normes contemporaines de dessins techniques diffèrent quelque peu de la représentation du livre. De plus, nous parlerons plutôt de « profil de surface » au lieu de « contour de surface ». Voici l’interprétation contemporaine :

Représentation contemporaine par un modèle volumique de la figure 12.30


Représentation contemporaine de la figure 12.30

Comment calculer facilement l’ajustement d’un contour aussi complexe que la figure précédente?
clef
Le calcul manuel de toutes les dimensions se révèle très complexe puisque certaines doivent être augmentées que par la moitié du facteur des dimensions hors tout. D’autres ne doivent tout simplement pas être modifiées. Finalement, certaines devront être diminuées. Dans ces conditions, il semble presque impossible de faire le calcul sans erreurs. Il existe pourtant (avec l’aide d’un logiciel de CAO) une méthode relativement facile à exécuter. Cliquez sur l’illustration ci-dessus et suivez les instructions de votre enseignant qui vous montrera cette méthode simple en utilisant la fonction « Décaler les entités ».

Par rapport au livre, les symboles utilisés dans les normes plus récentes sont similaires à ceux de la figure suivante :

Représentation animée d’une surface réglée

Utilisation d’une commande macro


L’utilisation de la commande macro (macro-instructions) est expliquée par l’enseignant puis celle-ci est utilisée pour créer une surface approchant une surface réglée.

Une macro sert à gagner du temps quand il s’agit de répéter plusieurs fois la même commande.
Il est parfois nécessaire d’insérer plus de commandes dans une macro que pour une tâche exécutée manuellement afin de couvrir tous les cas possibles.
Dans l’exemple présent, il est possible de réaliser exactement le même nombre de tâches par macro que manuellement si l’on pense à sélectionner l’intersection de la directrice droite en premier (avant la directrice courbe). Mais que faire si les deux directrices sont courbes ? On peut alors ajouter à un point un ancrage fixe (pour s’assurer que le logiciel sélectionne toujours le bon endroit) puis effacer cet ancrage quand il n’est plus nécessaire. Faire cela est inutile et plus long en mode manuel, mais en mode macro l’augmentation du temps d’exécution sera imperceptible.

Il faut être très rigoureux quand on crée une macro.
Quand c’est possible, faites la sélection des objets dans l’arbre de création « FeatureManager ». Les contraintes, elles, doivent nécessairement être sélectionnées dans le « PropertyManager ».

À la connaissance de votre enseignant, il n’existe pas de technique pour sélectionner, autrement qu’avec le curseur, les sommets des lignes et c’est bien dommage, car cela complique la création, sans programmation, de macro-instructions.

Travail

En fonction du dessin du boitier percé et d’un jeu minimum de 0,001 de pouce :


Dessin du boitier percé

Correction du travail du cours précédent

L’enseignant rencontre par groupe de quatre individus les étudiants afin de corriger le travail du cours précédent.

Cours de Richard Geoffrion, département de design industriel