Structuration des activités

La capacité des services de garde d’atteindre leurs objectifs dépend en grande partie de l’organisation des activités qui s’y déroulent quotidiennement. En offrant un programme d’activités qui respecte les principes de base du programme éducatif et qui favorise le développement des enfants dans chacune de ses dimensions, les milieux de garde contribuent à leur développement harmonieux.

Les activités de routine et de transition

Loin d’être anodines, les activités de routine et de transition sont à la base de la planification de l’horaire quotidien du service de garde. Elles comprennent l’accueil et le départ, les repas et les collations, les soins d’hygiène, la sieste ou la détente et le rangement. Les activités de routine des bébés peuvent même occuper jusqu’à 80 % de l’horaire quotidien. Elles sont autant d’occasions de stimuler toutes les dimensions du développement de l’enfant et de lui faire acquérir de saines habitudes de vie, particulièrement en ce qui concerne l’alimentation et l’hygiène. Il est d’ailleurs important de demander la collaboration des parents afin qu’ils encouragent l’enfant à maintenir ces habitudes (se laver les mains avant un repas, par exemple) à la maison.

Les périodes de jeu

Toute activité peut devenir un jeu pour l’enfant. De caractère spontané, le jeu se caractérise avant tout par le plaisir qu’il procure, et c’est pourquoi l’enfant s’y investit avec beaucoup d’intérêt et y consacre beaucoup de temps. C’est son mode d’exploration du monde. Quel que soit son type ou sa forme, le jeu présente des défis à relever, des problèmes à résoudre et des règles à respecter. C’est parce qu’il s’y investit à fond que l’enfant fait, par l’intermédiaire du jeu, des apprentissages qui touchent toutes les facettes de son développement. Qu’il soit individuel ou collectif, le jeu en service de garde stimule l’enfant, principalement
à cause du matériel présenté. Il se déroule autant à l’extérieur du service de garde qu’à l’intérieur. La cour extérieure, le parc ou tout autre endroit propice offre aux enfants de nombreuses occasions de découvertes et d’apprentissage par le jeu.

Tout enfant a besoin de participer à des activités qui correspondent à son niveau de développement et à ses capacités. Le choix de l’activité proposée se fait donc selon des thèmes qui correspondent à ses goûts. Lorsqu’il a accès à des expériences d’un niveau adéquat pour lui, l’enfant se sent motivé et capable de réussir. Dans certains cas, l’adulte lui permettra de répéter une action nouvellement apprise pour en faciliter la consolidation; dans d’autres, il accroîtra le niveau de difficulté d’une activité par l’apport de nouveau matériel et offrira ainsi un défi additionnel à l’enfant, quitte à le soutenir si nécessaire.

La planification

En planifiant la journée, l’adulte responsable d’un groupe d’enfants tient compte de sa connaissance des enfants pour mettre à leur disposition un matériel de jeu stimulant, varié et adapté à leur niveau de développement, et ce, tout en leur présentant des activités qui touchent les objectifs de développement global. Après avoir observé les enfants de son groupe, il peut, par exemple, décider de leur offrir un matériel particulier, ou encore de leur faire vivre de nouvelles expériences. En suscitant leur curiosité, il leur offre la possibilité de diversifier leurs actions et d’acquérir de nouvelles habiletés. L’adulte tient également compte des caractéristiques liées au sexe des enfants dont il a la responsabilité (par exemple, les besoins moteurs plus grands des garçons et l'intérêt plus marqué des filles pour des activités verbales).

Source : ministère de la Famille et des Aînés, Accueillir la petite enfance, le programme éducatif des services de garde du Québec, mise à jour de 2007.

 

 

« Lorsque l'éducatrice se prend un morceau de quiche aux légumes, Victor lui dit : « Tu ne peux pas en manger, parce que ce n'est pas végétarien, il n’y a pas de tofu ! »

Victor, 4 ans

« Après avoir reçu de la barbe à papa, Ophélie dit à son cousin : « Viens voir, mon papa m'a donné sa vieille barbe ! »

Ophélie, 4 ans

« Maman, je fais de la pieuvre (fièvre). »

June, 4 ans

« La marmonnette (marionnette) est encore là aujourd'hui. »

Alice, 2 ans

« Il y avait beaucoup de boués (buée, brouillard) sur le pont Jacques-Cartier. »

Shana, 4 ans