Retour vers la page d'accueil

Équité salariale

Québec accusé d'appauvrir les retraités

Bientôt la retraite à 67 ans au Québec ?

Puis-je demander ma rente de la RRQ à 60 ans même si j'ai un commerce

Les aînés rapportent plus qu'ils n'en coûtent à l'économie

Des retraités dénoncent leur appauvrissement

Protocole d'entente avec le Cégep et la Fondation du Cégep du Vieux-Montréal

Y-a-t-il un avantage à transformer mon REER en FEER avant 71 ans?

SERVICE D'AIDE TÉLÉPHONIQUE POUR LES RETRAITÉS

___________________________________________________________________________________________________

 
 

Les retraités flyés, Espace 50+ Montréal 
 

FADOQ:
Régions : 
Centre-du-Québec , Estrie  , Montréal , Lanaudière , Mauricie , Outaouais ,
 
Québec et Chaudière-Appalaches , Richelieu-YamaskaRive-Sud-Suroît , Saguenay - Lac-St-Jean - Ungava

SERVICE D'AIDE TÉLÉPHONIQUE POUR LES RETRAITÉS
L'AQRP ET LA CAPITALE LANCENT UN SERVICE
D'AIDE TÉLÉPHONIQUE POUR LES RETRAITÉS

L'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) et La Capitale groupe financier, en collaboration avec le Département des sciences juridiques de l'UQAM, annoncent avec fierté le lancement d'un projet-pilote de service d'aide téléphonique destiné aux personnes retraitées.

Ce projet consiste en un service de référence et d'orientation face à des questions reliées à la défense des droits, aux démarches administratives et aux recours juridiques.

Ouvert aux personnes retraitées des secteurs public et parapublic résidant dans les régions de Montréal, Laval, Lanaudière, de la Montérégie et des Laurentides, ce service est gratuit pour les membres de l'AQRP. Tout retraité peut par ailleurs devenir membre associé de l'AQRP pour bénéficier de ce service.

Le service est accessible du lundi au jeudi, de 10 h à 15 h, au 514 287-2867 ou au 1 866 497-1548. Un service de boîte vocale est également disponible.

Fondée en 1968, l'AQRP est la principale association indépendante représentant l'ensemble des retraités des secteurs public et parapublic au Québec.

INFORMATION :
514 287-2867 (Montréal)
1 866 497-1548 (autres régions)
www.aqrp.qc.ca

Retour au haut de la page
_____________________________________________________________

Y-a-t-il un avantage à transformer mon REER en FEER avant 71 ans?

5 novembre 2007 - 14h05   LaPresseAffaires.com   Jocelyne Houle-Lesarge


Bien qu'il soit obligatoire de transférer son REER dans un FEER à l'âge de 71 ans, y -a-t-il des avantages à envisager ce transfert avant cet âge (entre 65 et 71 ans) en ce qui concerne l'imposition des sommes retirées de l'un ou de l'autre de ces régimes?

 

Vous mentionnez qu’il est obligatoire de transférer son REER en un FEER (Fonds enregistré de revenu de retraite) à l’âge de 71 ans. En fait, avant le 31 décembre de l’année où vous atteignez l’âge de 71 ans, le REER doit soit être transféré en FEER ou faire l’objet d’une rente immédiate.

Une fois le REER transféré dans le FEER, un montant minimum doit être retiré à compter de l’année qui suit le transfert.

Que le retrait soit effectué d’un REER ou d’un FEER, l’impôt sera le même en bout de ligne. Les sommes encaissées seront additionnées à tous vos revenus de l’année et votre impôt sera calculé sur la somme de vos revenus.

Par contre, il y a certains avantages à transférer une partie de vos REER en FEER à compter de 65 ans et depuis cette année, ces avantages sont encore plus intéressants.

Crédit pour revenu de pension
Ce crédit de 2000 $ au fédéral et de 1500 $ au provincial est applicable à tous revenus de pension admissibles. Veuillez noter que le crédit de 1500 $ au provincial est réduit pour tout revenu familial net supérieur à 29 290 $ et devient nul à compter d’un revenu de 39 290 $. Les revenus de pension admissibles sont essentiellement;

- Les revenus provenant d’un Régime de pension agréé (RPA), un régime de retraite d’employeur et ce, qu’importe l’âge du rentier;

- Les retraits d’un Régime de participation différé au bénéfice (RPDB), d’un FEER fait à compter de l’âge de 65 ans. Les retraits d’un REER n’étant pas admissibles au crédit de pension.

Si vous n’avez pas déjà droit au crédit pour revenu de pension et que vous avez plus de 65 ans, il y aurait donc un avantage à transférer une partie de vos REER dans un FERR afin de bénéficier de ce crédit en retirant un montant de vos FEER.

Fractionnement de revenu
À compter de cette année (année fiscale 2007), il sera possible de fractionner les revenus de pension admissibles au crédit cités ci-haut. Le fractionnement se fera par le biais de la déclaration fiscale et permettra d’attribuer jusqu’à 50 % des revenus de pension admissibles à son conjoint.

En effectuant des retraits d’un FEER au lieu d’un REER, vous aurez donc la latitude de fractionner ces revenus. De plus, en attribuant des revenus de votre FEER à votre conjoint, ce dernier pourra réclamer le crédit de pension s’il a lui aussi 65 ans.


Cette chronique a été rédigée en collaboration avec Mme Nathalie Bachand, actuaire et planificatrice financière, et avec Mme Josée Jeffrey, fiscaliste et planificatrice financière.
 

Directrice générale de l’Institut québécois de planification financière, Jocelyne Houle-LeSarge est la présidente de Question Retraite, un regroupement de 20 partenaires des secteurs public et privé qui cherche à sensibiliser les Québécois de 25 à 45 ans à la planification financière de leur retraite.

Les propos de Jocelyne Houle-LeSarge ont été émis à titre informatif et ne constituent pas des recommandations. Mme Houle-LeSarge,

 l’IQPF et Question Retraite ne peuvent être tenus responsables des pertes ou gains encourus à la suite de la lecture de ces propos.

Retour au haut de la page
_________________________________________________________________________

Puis-je demander ma rente de la RRQ à 60 ans même si j'ai un commerce
Jocelyne Houle-LeSarge, FCGA, LaPresse Affaires.com, 28 mai 2007 - 09h18

Je suis retraité de l'enseignement depuis 2003 et j'aurai 60 ans dans quelques mois. Puis-je demander ma rente de retraite de la RRQ à 60 ans même si j'ai un commerce qui me rapporte des revenus brut de 50 000 $ par année, donc travailleur autonome, n'est-ce pas?. Dois-je attendre d'avoir 65 ans pour faire la demande de rente de la RRQ?

Jean-Jacques Tremblay, La Malbaie

Vous devrez attendre d’avoir 65 ans ou que vos revenus diminuent en bas d’un certain seuil pour demander votre rente de retraite du Régime de rentes du Québec.

En effet selon la Régie des rentes du Québec, si vous avez 65 ans, vous pouvez demander votre rente de retraite même si vous n’avez pas cesser de travailler à la condition d’avoir suffisamment cotiser.

Par ailleurs, avant l’âge de 60 ans, la RRQ énonce les conditions suivantes pour recevoir la rente de retraite:

- Vous avez cotisé au moins une année au Régime de rentes du Québec et:
- Vous avez cessé de travailler ou êtes réputé avoir cessé de travailler ou:
- Vous avez pris entente avec votre employeur pour réduire votre salaire d'au moins 20 % en vue de la retraite.
- Avoir cessé de travailler ou être réputé avoir cessé de travailler

Afin de rencontrer cette condition, il faut que vos revenus de travail estimés pour les 12 mois suivant la date du début du paiement de la rente soient inférieurs à 25 % du maximum des gains admissibles (MGA). Le MGA correspond au revenu maximum sur lequel vous devez cotiser à la RRQ. Le MGA s’élève à 43 700 $ en 2007.

Donc, si vos revenus de travail sont supérieurs à 10 925 $, vous ne pouvez pas demander votre rente de retraite avant l’âge de 65 ans.

Pour rencontrer cette condition, vous devez avoir pris une entente avec votre employeur afin de réduire votre temps de travail et vos revenus de travail d’au moins 20 %, c’est ce qu’on appelle la retraite progressive. Cette condition ne peut s’appliquer à vous puisque vous êtes travailleur autonome.

En ayant des revenus de travailleurs autonomes, vous cotiser au Régime de rentes du Québec à raison de 9,9 % de vos revenus jusqu’à un maximum 3979,80 $ (atteint avec le revenu admissible maximum de 43 700 $ moins l’exemption de base de 3 500 $). Vous cotisez plus qu’un employé salarié puisque vous devez assumé la part de l’employé (4,95 %) plus la part de l’employeur (4,95 %).

Le fait de continuer à cotiser et d’attendre à 65 ans pour demander votre rente vous permettra de recevoir une rente supérieure à compter de 65 ans par rapport à la rente payable à compter de 60 ans. La rente maximale versée par la RRQ à compter de 65 ans s’élève à 863,75 $ par mois. La rente maximale à compter de 60 ans est à 604,63 $ par mois, correspondant à la rente payable à compter de 65 ans réduite de 30 % (1/2 % par mois d’anticipation avant 65 ans).

Lorsque vous estimerez que revenus de travailleur autonome diminueront en deçà du seuil de 25 % du MGA, vous pourrez envisager de demander votre rente. Sachez aussi, qu’une fois que votre demande de retraite est acceptée et que vous recevez votre rente de retraite de la RRQ, même si vos revenus devenaient supérieurs au seuil énoncé précédemment, vous continuerez de recevoir votre rente.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet de la RRQ au www.rrq.gouv.qc.ca

Retour au haut de la page

______________________________________________________________

Bientôt la retraite à 67 ans au Québec ?

09:51 | Olivier Schmouker, LesAffaires.com

Comment réduire la pénurie de main-d’œuvre qualifiée et atténuer le choc démographique dû au prochain départ à la retraite des

baby-boomers? En repoussant graduellement l'âge normal de la retraite de 65 à 67 ans, prône l'Institut économique de Montréal.

«Il est important d'enclencher maintenant des réformes nécessaires avant que les phénomènes démographiques n'entraînent une plus faible croissance économique qui diminuera la création de richesse au Québec», dit dans une note de l’Institut Norma Kozhaya, économiste.

Ainsi, plusieurs mesures pourraient être envisagées en ce sens, soit : 
> Favoriser davantage les retraites tardives en bonifiant dès maintenant les prestations du Régime des rentes du Québec de 0,5% à 0,7% pour les retraites prises après 65 ans et cesser de faciliter les retraites anticipées en appliquant un taux de réduction équivalent sur les prestations des bénéficiaires qui se retirent avant 65 ans. 

> Repousser graduellement, d'ici une douzaine d'années, l'âge normal de la retraite de 65 à 67 ans. C'est une solution adoptée notamment aux Etats-Unis et plus récemment en Allemagne. Au Royaume-Uni, on semble aussi se diriger vers une solution comparable. 

> Permettre aux régimes privés d'introduire une pénalité pour les prises de retraite anticipées, qui sont actuellement permises, avec une simple réduction actuarielle, à partir de 55 ans.

Retour au haut de la page

__________________________________________________________________________________________________

Les ainés rapportent plus qu'ils n'en coûte à l'économie

 
 

Retour au haut de la page

___________________________________________________________________________________________________

ÉQUITÉ SALARIALE

Équité salariale

Suite à l'entente sur l'équité salariale, le Collège fera parvenir sous peu une lettre et un formulaire à ceux qui ont droit à un chèque. Vous devrez compléter ce formulaire et le retourner au Collège afin de recevoir votre dû.

 

DANS LE SECTEUR DES CÉGEPS :
Lien: http://www.tresor.gouv.qc.ca/fr/ress_humaine/conditions/equite/demarches.asp#point3

 

Si vous n’êtes plus en emploi, vous devez écrire à tous les anciens employeurs du réseau des cégeps pour qui vous avez travaillé à un moment ou à un autre depuis le 21 novembre 2001, pour leur transmettre votre demande d’ajustement salarial.

Formulaire: http://www.tresor.gouv.qc.ca/fr/publications/ress_humaine/condition/equite/form_retro_sss_education.doc

 

Formulaire de rétroactivité

Oui, l’équité salariale est rétroactive au 21 novembre 2001. Les employé-es ont droit à ces sommes jusqu’à la date de départ. Au départ, l’équité devait être étalée sur 4ans, mais le gouvernement se prévaut de l’article 72 de la loi sur l’équité qui lui permet de demander à la commission sur l’équité salariale d’étaler ces sommes sur 7 ans. La commission devrait se prononcer cet automne. Je te fais parvenir de l’information disponible sur le site de la CSN à l’adresse suivante.

Pour un agent de bureau classe 2, l’ajustement est de 5,99%.http://www.csn.qc.ca/EquiteSalariale/AccueilEquite.htm

Ouvrir pour le secteur public

Ouvrir le document suivant qui donnent toutes les explications sur les emplois qui ont droits à l’équité salariale.

 

Affichage

 

Voilà l'affichage des dernières étapes franchies qui permettent, enfin, d'en arriver à un programme d'équité salariale :le rangement des catégories d'emplois féminines et masculines, le mode d'estimation des écarts et les correctifs. L'affichage traite aussi des modalités de versements. Le document peut être consulté électroniquement en cliquant ici sur le petit icône. En vertu de la Loi sur l'équité salariale, les personnes concernées ont 60 jours pour faire parvenir leurs commentaires au comité d'équité salariale.

Rajustements salariaux et rétroactivité

Donc, il n’y aura pas de modification aux échelles salariales avant la fin de tous les délais d’affichage soit à la fin du mois de novembre, peut-être même en décembre. En ce qui a trait à la rétroactivité, elle devrait être versée au plus tard en mars 2007. Une décision attendue de la Commission

Par ailleurs, le gouvernement a demandé, le 21 août, à la CÉS d’étaler les rajustements sur sept ans plutôt que sur les quatre déjà prévus à la loi. Cette mesure d’exception implique que le gouvernement doit faire la preuve devant la Commission que sa situation financière ne lui permet pas de s’acquitter de ses obligations en regard de l’équité salariale dans les délais prescrits.

Selon la décision que prendra la Commission, le gouvernement va prendre quatre ou sept ans pour en arriver au versement total des rajustements salariaux. Regardons d’un peu plus près les deux situations et posons l’hypothèse que le rajustement salarial est de 10% :

Quatre ans et cinq versements :

• 1er versement, le 21 novembre 2001 : 2% du salaire gagné entre le 21 novembre 2001 et le 20 novembre 2002 (premier montant dû) ;

• 2e versement, le 21 novembre 2002 : 4% du salaire gagné entre le 21 novembre 2002 et le 20 novembre 2003 (deuxième montant dû) ;

• 3e versement, le 21 novembre 2003 : 6% du salaire gagné entre le 21 novembre 2003 et le 20 novembre 2004 ( troisième montant dû) ;

• 4e versement, le 21 novembre 2004 : 8% du salaire gagné entre le 21 novembre 2004 et le 20 novembre 2005 (quatrième montant dû) ;

• 5e versement, le 21 novembre 2005 : 10% du salaire gagné entre le 21 novembre 2005 et le 20 novembre 2006 (cinquièmemontant dû) .

Ainsi, à partir de l’automne 2006, le salaire est ajusté à sa pleine valeur soit 10 %. Quant à la rétroactivité, elle correspond au total

des montants qui sont dus à partir du 21 novembre 2001 jusqu’à maintenant.

Sept  ans et huit versements :

• 1er versement, le 21 novembre 2001 : 1.25% du salaire gagné entre le 21 novembre 2001 et le 20 novembre 2002 (premier montant dû) ;

• 2e versement, le 21 novembre 2002 : 2.5% du salaire gagné entre le 21 novembre 2002 et le 20 novembre 2003 (deuxième montant dû) ;

• 3e versement, le 21 novembre 2003 : 3.75% du salaire gagné entre le 21 novembre 2003 et le 20 novembre 2004 (troisième montant dû) ;

• 4e versement, le 21 novembre 2004 : 5% du salaire gagné entre le 21 novembre 2004 et le 20 novembre 2005 (quatrième montant dû) ;

• 5e versement, le 21 novembre 2005 : 6.25% du salaire gagné entre le 21 novembre 2005 et le 20 novembre 2006 (cinquième montant dû) ;

• 6e versement, le 21 novembre 2006 : 7.5% du salaire gagné entre le 21 novembre 2006 et le 20 novembre 2007 (sixième montant dû) ;

• 7e versement, le 21 novembre 2007: la personne voit sont échelle salariale augmentée de 1,25% ;

• 8e versement, le 21 novembre 2008 : la personne voit son échelle salariale augmentée de 1,25%

Dans ce dernier scénario, à l’automne 2006, 6/8 des rajustements sont faits. Les échelles salariales sont donc augmentées de 6/8 du pourcentage du rajustement prévu et les personnes visées verront à nouveau leur échelle ajustée au 21 novembre 2007 et au 21 novembre 2008.

 La rétroactivité est alors composée des montants que ces personnes auraient dû recevoir du 21 novembre 2001 au 21 novembre 2006, soit le total des six montants dus.

L’étalement sur cinq ans est plus favorable aux femmes mais il appartient à la CÉS de décider. Nous tenterons d’infléchir les choix de la Commission qui devrait rendre sa décision au cours de l’automne

 l’équité est étalé sur 4ans :

• 1er versement, le 21 novembre 2001 :1.2% du salaire gagné entre le 21 novembre 2001 et le 20 novembre 2002 (premier montant dû) ;

• 2e versement, le 21 novembre 2002 : 2.4% du salaire gagné entre le 21 novembre 2002 et le 20 novembre 2003 (deuxième montant dû) ;

• 3e versement, le 21 novembre 2003 : 3.6% du salaire gagné entre le 21 novembre 2003 et le 20 novembre 2004 ( troisième montant dû) ;

• 4e versement, le 21 novembre 2004 : 4.8% du salaire gagné entre le 21 novembre 2004 et le 20 novembre 2005 (quatrième montant dû) ;

• 5e versement, le 21 novembre 2005 : 6% du salaire gagné entre le 21 novembre 2005 et le 20 novembre 2006 (cinquième

ou étalé sur 7ans

• 1er versement, le 21 novembre 2001 : 0.75% du salaire gagné entre le 21 novembre 2001 et le 20 novembre 2002 ( premier montant dû) ;

• 2e versement, le 21 novembre 2002 : 1.5% du salaire gagné entre le 21 novembre 2002 et le 20 novembre 2003 (deuxième montant dû) ;

• 3e versement, le 21 novembre 2003 : 2.25% du salaire gagné entre le 21 novembre 2003 et le 20 novembre 2004 (troisième montant dû) ;

• 4e versement, le 21 novembre 2004 : 3% du salaire gagné entre le 21 novembre 2004 et le 20 novembre 2005 (quatrième montant dû) ;

• 5e versement, le 21 novembre 2005 : 3.75% du salaire gagné entre le 21 novembre 2005 et le 20 novembre 2006 (cinquième montant dû) ;

• 6e versement, le 21 novembre 2006 : 4.50% du salaire gagné entre le 21 novembre 2006 et le 20 novembre 2007 (sixième montant dû) ;

• 7e versement, le 21 novembre 2007: la personne voit sont échelle salariale augmentée de 0.75% ;

• 8e versement, le 21 novembre 2008 : la personne voit son échelle salariale augmentée de 0.75%

Retour au haut de la page

________________________________________________________________

Des retraités dénoncent leur appauvrissement

28 décembre 2006 - 09h39     Presse Canadienne

Le montant nécessaire pour indexer complètement les rentes versées par l'ensemble des régimes complémentaires de retraite du Québec sera de 224,9 M$ en 2007, selon des données dévoilées par l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic.

En 2006, le Québec comptait environ 675 000 personnes bénéficiaires d'un régime complémentaire de retraite.

Les seules rentes versées par les régimes couvrant la majorité des retraités de l'État nécéssiteront, pour indexation complète, 72,1 M$ en 2007 pour les quelque 244 000 bénéficiaires.

Or, la grande majorité des régimes complémentaires de retraite au Québec ne sont que partiellement indexés au coût de la vie. Les déficits causent donc une déterioration du pouvoir d'achat des bénéficiaires.

Roger Bellavance, président de l'Association, estime que les retraités qui ont contribué à un régime de retraite ont droit au maintien d'un niveau de vie pour lequel elles ont travaillé.

À son avis, ces nouvelles données réduiront l'activité économique par la baisse de la consommation de biens et services par ces retraités.

Si l'indexation des rentes versées par les régimes complémentaires de retraite était complète, croit-il, cela générerait des rentrées fiscales additionnelles pour les deux paliers de gouvernement.

 

Michel Laflamme

Rés. (514) 844-8592
michel@laflamme.net
Tél. mobile (514) 943-3236
Sites: www.laflamme.info

 

Retour au haut de la page

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Québec accusé d'appauvrir les retraités
11 décembre 2006
Presse Canadienne

Il en aurait coûté 69 M$ de plus pour indexer pleinement en 2005 les pensions des retraités de l'État, indique une étude commandée par l'Association québécoise des retraités du secteur public (AQRP).

Le document, rendu public lundi, révèle que l'indexation complète de tous les retraités du Québec, tant ceux du secteur public que du secteur privé, aurait coûté 215 M$.

Mais les gouvernements auraient récupéré quelque 40 M$ de cette somme grâce aux revenus fiscaux.

«Cette étude confirme que l'appauvrissement des retraités a des conséquences collectives importantes, sur le plan économique, par une baisse de la consommation de biens et de services», a commenté le président de l'AQRP, Roger Bellavance, en dévoilant le contenu de l'étude.

Le document a été rédigé par Gérald Leblanc, spécialiste des questions de retraite et professeur d'économie à l'Université Laval.

Selon des données de 2005, il y a au Québec quelque 645 000 retraités, dont 233 000 retirent une pension du secteur public par le biais de la Commission administrative des régimes de retraite et d'assurances (CARRA).

Les autres 412 000 pensionnés, qui proviennent généralement du secteur parapublic ou privé, touchent pour la plupart des pensions à prestations déterminées, qui ne sont pas indexées.

Dans le secteur public, les pensions ne sont pas pleinement indexées depuis 1982. Elles sont indexées à la moitié de l'indice des prix à la consommation (IPC) depuis 2000. Entre 1982 et 2000, il fallait que cet indice dépasse les trois% par année pour que l'indexation commence à s'appliquer.

«Les régimes actuels, tant privés que publics, sont insuffisants pour maintenir le niveau de vie des retraités. Le maintien de ce niveau de vie est une nécessité et il devra se faire dans une perspective d'équité entre les générations», a plaidé M. Bellavance.

Les dirigeants de l'AQRP comptent rencontrer les députés des différents partis représentés à l'Assemblée nationale au cours des prochaines semaines pour les sensibiliser à cette pauvreté grandissante des retraités.

M. Bellavance a rappelé que la présidente du Conseil du trésor, la ministre Monique Jérôme-Forget, s'était engagée à réaliser une étude approfondie d'ici un an sur la situation financière des retraités québécois.

La non-indexation des régimes de pension «fait en sorte que le retraité voit se détériorer son pouvoir d'achat année après année», conclut M. Bellavance.

Retour au haut de la page

 
 

__________________________________________________________________________________________________________________