COLLECTION VESTIBULLES

No 23


PRÉAMBULE

Bienvenue à bord de ce nouveau Vestibulles. Encore une fois, la variété stylistique des 15 histoires de ce numéro, confondra les lecteurs les plus éclectiques et les intellectuels les plus pointilleux.

Permettez-moi de vous présenter cette nouvelle livraison avant que vous ne vous y aventuriez. Vous remarquerez la présence toujours plus grande de filles dans l'atelier, ce qui apporte à la revue une énergie indispensable au rééquilibre hormonal de l'ensemble ! L'esthétique manga continue, depuis quelques années, de fasciner les dessinatrices. Certaines parmi elles s'amusent même à fondre ce style au genre heroïc fantasy, ce qui donne un résultat flamboyant. Je remarque que les superhéros à l'américaine ont complètement disparu des pages de Vestibulles depuis un certain temps. Doit-on y voir un reflet du marché actuel de la BD ou une conséquence du plus grand nombre de dessinatrices dans notre atelier ? Je lance le débat!

La BD d'action reste, elle, une catégorie bien enracinée dans la tradition de Vestibulles. Vous trouverez, dans les pages qui suivent, de véritables « storyboards de luxe » qui feraient l'envie des cinéastes les plus exigeants ! Je remarque aussi une recrudescence d'œuvres introspectives et poétiques qui montrent magnifiquement combien le 9e art est flexible et riche en possibilités.

Encore une fois, nous réservons quelques pages au texte illustré, une forme narrative pas si éloignée de la bande dessinée, car elle combine, elle aussi, les mots et les images.

Comme vous le voyez, vous aurez beaucoup à vous mettre sous la dent ce printemps ! Et si cela ne vous suffit pas, je vous invite à découvrir les anciens numéros de notre magazine qui ne sont pas moins riches que celui-ci, croyez-moi.
Relisez-les dans l'ordre chronologique. Hormis mes éditoriaux un peu répétitifs, vous y rencontrerez une jungle extrêmement hétérogène d'artistes. Des bédéistes libres, à la personnalité déjà très forte, qui n'ont pas encore été coulés dans le moule et qui vous offrent un dessin brut, littéralement en train de naître, rien de moins !

Vous remarquerez que chaque édition de Vestibulles possède une ambiance particulière. Je vous laisse juger vous-même du caractère de ce dernier numéro. Avons-nous affaire à un numéro classique ou hors-norme ? Comment le situer dans l'ensemble de la série ? À vous d'y répondre et bonne lecture !

Grégoire Bouchard



Retour aux publications Hiver 2000