Le jeune Mozart dans l'ombre de son père  

Caroline Gohier (Sciences humaines)

L’histoire a été marquée par plusieurs événements, personnages et découvertes. La musique a toujours fait partie de notre histoire et un grand personnage – Mozart - y a laissé sa trace. Cet homme a accompli beaucoup en peu de temps. Par contre, il y a eu diverses raisons pour qu’il ait du succès et une de celles-ci était la volonté de son père. Est-ce à dire que les pères tortionnaires favorisent le talent? Dans ce travail, la relation de Mozart avec son père sera comparée avec la relation des jeunes d’aujourd’hui avec leur père.

En 1756, Wolfgang Amadeus Mozart, un génie de la musique, naquit à Salzbourg. Les œuvres produites par ce dernier sont prodigieuses. Le chiffre s’élève à 650 compositions, c’est-à-dire une pile de disques compacts  d’environ 3 m 20!

Dès l’âge de 3 ans, Mozart s’amuse à « chercher les notes qui s’aiment ». En 1761, Wolfgang apprend, en seulement une demi-heure, son premier morceau au clavecin. Son père, Léopold Mozart, a su reconnaître très tôt le talent de son fils. Étant lui-même  musicien, Léopold a été un mentor extraordinaire pour Amadeus car il lui a transmis toutes ses connaissances sur la musique. En 1762, à l’âge de 6 ans, le jeune musicien entreprend une tournée qui le mène à Munich ainsi qu’à Vienne. La deuxième tournée a conduit Mozart en Allemagne, à Bruxelles, à Londres, à Amsterdam, à Paris, à Lyon, à La Haye et à Genève. Pendant ces trois années, Johann Schobert et Jean-Chrétien Bach ont considérablement marqué Mozart. Durant les années 1769 à 1773, un voyage en Italie éveille chez Mozart la passion de l’opéra. Pendant ce voyage, le jeune génie, âgé de seulement 17 ans, traverse une crise romantique où il compose la trilogie symphonique de l’Hiver.

Pendant un voyage à Paris, Amadeus perd sa mère et vit une grande peine d’amour. C’est alors que la maturité de Wolfgang se manifeste. Une amélioration dans ses œuvres est alors constatée. Le 3 août 1782, Mozart épouse Constanze Weber,  la sœur de celle qui avait été l'objet de sa déception amoureuse.  Quelques mois auparavant, Wolfgang avait pris la décision de se détacher de son employeur, l’archevêque Colloredo et de travailler sans ressources à Vienne. De nombreux chefs d’œuvres sont alors créés. Par exemple, L’Enlèvement au sérail (1782) et La Grande Messe en ut mineur. Ensuite, de 1784 à 1786, Mozart traverse une période plus sombre où il compose 12 concertos pour piano et plusieurs autres pièces. Ces années sont aussi marquées par le fait que Mozart devient un adepte de la franc-maçonnerie.

En 1787, Léopold Mozart meurt à Salzbourg. Mozart entre dans une autre crise qui sème en lui la peur terrifiante de la mort. Durant cette année, il compose Don Giovanni. La dernière œuvre de Mozart a été Le Requiem qu'il n’a jamais terminé car le 5 décembre 1791, cet artiste surdoué s’est envolé à tout jamais…

Nous savons tous que Léopold a eu une énorme influence sur le succès de Mozart. Mais qui était vraiment Léopold Mozart? Les historiens mettent souvent l’emphase sur sa mauvaise réputation. Il est encore aujourd’hui qualifié comme étant un homme autoritaire et très borné. Né en 1719 à Augsbourg, il devint second violon dans l’orchestre de Salzbourg.  Ce qui lui permit de transmettre à son fils toutes ses connaissances de la musique.  De son côté,  Wolfgang Amadeus peut être défini comme un homme qui jouissait du plaisir de tous les jours. Il avait un humour incompris et un rire qui surprenait fréquemment son entourage; ce qui faisait de lui un homme très sociable. Mais sans son père, son talent aurait-t-il été aussi grandiose? Les pères tortionnaires favorisent-il le génie?

Le fait que Léopold ait été si sévère avec ses enfants et surtout avec le jeune Wolfgang, n’est pas très surprenant. L’homme rêvait d’être reconnu pour sa propre musique mais il n’a jamais eu cet honneur. Par conséquent, il a joué un rôle essentiel dans la carrière de son fils. Par contre, la relation entre le père et le fils n’a pas toujours été simple.

Le talent du jeune Amadeus s’est manifesté à un âge précoce;  ce qui ne lui a pas permis de vivre une véritable enfance. Certains disent cependant qu’il est resté enfant toute sa vie! Ce comportement agaçait souvent son père. La discipline était une valeur que prônait beaucoup Léopold. Mozart s’est souvent plaint du peu de liberté que lui laissait son père. De son côté, dans des lettres envoyées à son fils, Léopold lui exprime son sentiment d’abandon et mentionne que son départ l’a profondément marqué.

Il est vrai que sans son père, Mozart n’aurait jamais eu le succès qu’il a de nos jours. Composer un concerto à 5 ans est un don mais il y a des acquisitions requises pour l’exploiter. Ceci dit, Amadeus avait une certaine distance par rapport à son père. Une partie de l’éducation transmise à Wolfgang, celle d’être à son affaire, s’est évaporée mais une partie très importante est demeurée; celle de pouvoir réaliser les rêves de son père. Cet objectif demeura toujours important dans le cœur de Mozart.

Certains événements de la vie de Mozart nous éclairent sur l’étrange relation entre  son père et lui. Tout d’abord, Mozart était souvent en tournée en compagnie de son père mais lorsque le jeune musicien se retrouvait seul, il lui écrivait souvent. Cependant, quand Léopold sentait qu’il perdait le contrôle sur la carrière de son petit prodige, il  l'obligeait à revenir sur terre. Par exemple, quand Amadeus tomba en amour avec Aloysia Weber à Mannheim, son père lui ordonna aussitôt de poursuivre son voyage vers la France. Cela montre à quel point il était dominateur. Un autre événement décrivant bien leur relation est lorsque Mozart annonça à son père la bonne nouvelle de son mariage avec Constanze Weber. Léopold le prit comme une menace pour l’avenir de son fils. Avec son expérience et sa maturité, Wolfgang décida de passer outre la volonté de son père et de faire à sa tête. Bref, sans être entièrement soumis à son père,  l'a toujours respecté car il était conscient de l’effort qu’avait mis celui-ci à l’éduquer et à s’occuper de sa carrière.

Serait-il possible de voir un artiste aussi doué que Mozart en 2002? La réponse à cette question est simple; non! Les mentalités ont énormément changé depuis le 18e siècle. Les tabous d’autrefois sont différents de ceux d’aujourd’hui. De nos jours, les pères « tortionnaires » sont encore présents mais sous un angle différent. Présentement, la société valorise davantage l’apparence physique que les arts.

Qui, de nos jours, pourrait écrire un opéra complet à seulement 7 ans? À cet âge, la plupart des jeunes ne connaissent même pas la signification du mot opéra! Des exceptions existent, mais les parents de 2002 sont préoccupés par nos problèmes contemporains; les difficultés à l’école, la garde des enfants, le revenu familial, etc.

Autrefois, être un musicien était une question de savoir « qui est le meilleur ». Actuellement, c’est plutôt une question de dire « qui est le plus beau, qui est le plus riche ». Si un artiste comme Mozart existait à notre époque, il serait probablement adulé par les médias! La société transformerait sa vie familiale en émission de télévision ou utiliserait tout autre moyen pour exploiter son image grandiose. Par contre, il faut préciser que, pendant sa vie, Mozart n’était pas apprécié de tous.   En résumé, il faudrait selon moi laisser plus de place aux artistes hors du commun. Mozart aurait du être aimé autant pendant sa vie qu’il l'est présentement.

En conclusion, Mozart a été un artiste marquant pour l’histoire mais son père a-t-il contribué à ce talent extrêmement rare? Bien sûr, car l’apprentissage de la musique n’est pas tombé du ciel!   Wolfgang restera toujours un modèle pour d’autres artistes.  Sa mémoire prodigieuse et son talent susciteront toujours l'admiration. Sa personnalité est aussi un élément fort intéressant à analyser. Un film qui exploite bien cet aspect de Mozart est Amadeus. Son père est bien présenté mais il ne faut pas suivre le film à la lettre. Maintenant, une question très pertinente serait de comprendre pourquoi les génies comme Mozart sont de moins en moins connus. Notre société cache-t-elle les génies d’aujourd’hui?

 

Le Passé composé, no 5 (mars 2003)

 © CVM, 2004