L'éducation politique de Louis XIV

 Annie Girouard, Sciences humaines

À l'aube du Grand Siècle, la France se prépare à accueillir un nouveau roi, un petit garçon de 5 ans. Mais les Français se préparent en fait à accueillir un des chefs d'État les plus contestés qui régnera avec un pouvoir absolu pendant cinquante-quatre années; il s'appelle Louis XIV. Vu son jeune âge, il joue d'abord aux soldats avec ses petits camarades de la  noblesse. Ensuite, c'est le début d'une éducation sérieuse axée sur la politique et les affaires militaires. Son parrain, le cardinal Giulio Mazarini (Mazarin) se chargera de lui enseigner les arts de la guerre. Ce dernier préparera le quadrillage efficace du futur règne du Roi Soleil tout en inculquant au petit Louis ses talents de négociateur et d'homme politique.

 Bien sûr, Mazarin n'est pas arrivé dans la vie de l'enfant-roi par hasard. Élève des Jésuites à Rome, puis étudiant en droit à l'université d'Alcala, il s'engagea premièrement comme capitaine dans l'armée pontificale où il fit vite ses preuves en tant que diplomate. Il fut présenté au cardinal Richelieu en 1630 lors d'une mission en France. Dès ce jour, il s'employa à servir les intérêts de la France en Italie. Finalement, son maître le fait nommer cardinal en 1641 et il le recommande en mourant à Louis XIII. Plus tard, selon la volonté du défunt roi, il devient membre du conseil de régence. Ce fut le début d'une étonnante carrière de ministre. Flatteur et pas méchant, il négocie avec une grande habileté signant des traités selon les principes de son maître Richelieu. Mazarin sut s'imposer à la mère de Louis XIV, la reine Anne d'Autriche devenue co-régente à la mort du roi Louis XIII. De mauvaises langues racontèrent même qu'il fut son amant et qu'ils furent unis par un mariage secret. Grâce à ce parcours, Mazarin possédait des expériences politiques qui profiteront plus tard à Louis, à travers son enseignement.

 Parrain de son pupille, il exerça auprès du jeune Louis XIV un rôle paternel, veillant à son éducation politique, qui sera d'ailleurs plus pratique qu'intellectuelle, lui inspirant ce goût du secret qui restera un des traits de caractère du futur souverain. À sept ans, Louis XIV passe aux choses sérieuses et entre dans le monde des hommes. En guise d'histoire, on lui raconte celle de la France. Le cardinal sut progressivement l'initier aux domaines de la diplomatie, de la guerre et de la politique. Il fera, entre autres, entrer le jeune roi au Conseil dès son douzième anniversaire et ce dernier y suivit les délibérations tous les jours. Ce qui forgea avant tout le caractère du jeune roi, c'est l'épisode de la Fronde. Un jour, en 1648, Anne d'Autriche et le cardinal l'emmènent à Rueil avec plusieurs carrosses et le personnel de la cour pour une raison fort effrayante. Une émeute, la Fronde, dure à Paris depuis plusieurs semaines. D'un côté, les bourgeois manifestent leur mécontentement face aux forts impôts imposés par le premier ministre. De l'autre, la noblesse se soulève pour obtenir une monarchie parlementaire à l'image de celle établie en Angleterre. Le Palais Royal fut même assiégé pendant deux jours. L'enfant est terrorisé. Pendant 5 ans, le jeune roi subit cette difficile épreuve. Il en retire la conviction qu'il faut une autorité monarchique sans partage, une méfiance universelle et un goût prononcé de la dissimulation.

Si Mazarin lui apprend les intrigues européennes, l'art d'acheter les consciences et de gouverner, il lui inculque aussi le rôle des mariages diplomatiques. Marie Mancini, la nièce de Mazarin, gagne vite le coeur du jeune Louis. Quand il a 19 ans, elle en a 17. Mais leur mariage n'est pas raisonnable. Le cardinal écrit au roi une lettre, puis plusieurs autres, pour le supplier de renoncer à cet amour. Louis voit sa vie dominée par la politique. Mazarin méprise sa nièce qu'il qualifie de fille impertinente. Mais par dessus tout, il veut l'intérêt de la France. Le cardinal mijote la paix avec l'Espagne et par le fait même, un mariage espagnol, en gage de réconciliation. Le 7 novembre 1659, suite aux brillantes négociations de Mazarin, la paix est signée dans le traité des Pyrénées. Les 3 et 9 juin 1660, Louis XIV épouse sa cousine germaine, la pieuse Marie-Thérèse d'Autriche. Le jeune Louis sait moins de latin à 15 ans qu'un jeune courtisan de son âge formé par les Jésuites. Mais il se trouve en possession d'une expérience politique rude et profonde que bien des chefs d'État de 30 ans pourraient lui envier.

Finalement, c'est avec un grand bon sens, une intelligence solide, des connaissances bien assimilées que Mazarin laissa Louis en mourant en mars 1661. L'aspirant souverain déclara alors: «Je résolus sur toutes choses de ne point prendre de premier ministre... le nom en sera pour jamais aboli en France, rien n'étant plus indigne que de voir d'un côté toutes les fonctions et de l'autre le seul titre de roi.» Le roi absolu était né. Louis XIV entama son règne personnel, le plus long de l'histoire de France. Après les désordres de la Fronde et la régence intelligente de Mazarin, le royaume aspirait à l'ordre, à l'unité, à la grandeur.

Le Passé composé, no 5 (mars 2003)

 © CVM, 2004