L'extermination des juifs durant la Seconde Guerre mondiale

Présentation
Description

Enquête

Sites web

Bibliographie
1hitler.jpg (5371 octets)

Un site proposé par

image15.jpg (13353 octets)image98.jpg (14157 octets)

Madeleine Boulet et Sophie Fournier

Présentation

L'Allemagne qui a été la proie d'énormes injures, suite au traité de Versailles, accepte la venue au pouvoir d'Adolf Hitler et par le fait même sa propre idéologie. Dû à cette vision, les juifs de l'Europe ont été durement persécutés, au point de vouloir les effacer totalement de la planète, lors de la Deuxième Guerre Mondiale de 1939 à 1945. Les Allemands avaient comme but d'agrandir leur territoire et l'installation de l'État totalitaire nazi. Nous souhaitons étudier plus profondément les conséquences psychologiques des victimes ayant survécu à la terreur des années 1939 à 1945 ainsi que les juives d'aujourd'hui et de demain.

La documentation qui nous été permis de feuilleter jusqu'à présent, tant à la bibliothèque que sur internet, tend a montrer que les écrivains se sont concentrés davantage sur les événements politiques ainsi que sur les horreurs de la guerre sans toutefois tenter de comprendre les traumatismes vécus par les juifs. Le livre de Nathalie Zajde, Enfants de survivants: la transmission du traumatisme chez les enfants des juifs survivants de l'extermination nazi, est une petite mine d'or grâce à ces nombreux témoignages des survivants. Ce livre permet d'analyser les enjeux psychologiques des juifs dans plusieurs familles et constituant ainsi la première marche de notre recherche. Cependant, à aucune occasion nous avons vu que des écrivains essayer de tenter d'établir une relation entre les conséquences psychologiques des victimes et les conflits qui les hantent depuis.


Nous avons choisi d'utiliser la technique d'entrevue pour notre travail car celle-ci répondait le mieux à nos besoins et aux exigences demandées. Cette technique complète bien le travail que nous avons commencé et nous apportera les informations manquantes. De plus, avec l'entrevue nous serons en mesure de répondre entièrement à notre hypothèse, et ce, par l'entremise d'informations recueillient par des témoignages ou suite à des rencontres avec les sujets ciblés.

Description

1. Le lien entre l'agrandissement du territoire et l'extermination des juifs.
1.1 L'idéologie nazie
1.2 L'État totalitaire nazie
1.3 Les bouleversements du paysage Européen

2. Le génocide juif.
2.1 Les camps de concentrations
2.2 Les camps de travail
2.3 Les camps d'exterminations
2.4 Le  nombre de victimes en Europe

3. Les conséquences psychologiques des victimes.
3.1 Le retour à une vie normale
3.2 Taux de motivation

               L'idéologie nazie

 Grâce à une politique et une économie détruite, Adolf Hitler réussit avec succès à redonner espoir à son  peuple en introduisant sa nouvelle idéologie. Donc, sur le site du professeur Eric Gomes nous trouvons l'explication de celle-ci: "Pour les nazis, les Allemands font partie de la race supérieure des "Aryens". Ils doivent éliminer les "juifs", race inférieure, ainsi que la démocratie et le communisme. Les nazis voudraient rassembler tous les peuples de "race allemande" et s'approprier les territoires de l'Est pour élargir leur espace vital : le Lebensraum. Le NSDAP est nationaliste, raciste et antisémite. Il hait les communistes et les "juifs" qui détruisent l'Allemagne."  VOIR LA SOURCE . L'idéologie nazie, très radicale et sévère soit-elle, avait des principes de bases et qui devaient, par conséquent, être très bien respectés. Voici donc les trois grands principes consignés dans " Mein Kampf" selon la doctrine  nazie: 1 - La supériorité de la race aryenne (personnifiée par les Germains du Nord : grands, blonds, aux yeux bleus)   sur toutes les autres races, spécialement sur les races dites de sous-hommes : Juifs, Tziganes, noirs, etc..   Entre la race aryenne et la race des sous-hommes se situent les races inférieures qui doivent être asservies à   la race des seigneurs
                        2 – Le " lebensraum " ou espace vital. La notion de race débordant la notion d’état, l’Allemagne nazie doit récupérer les aryens disséminés hors de ses frontières et conquérir aux dépens des autres nations l’espace nécessaire à son expansionnisme.
                        3 - Le " führerprincip ". Il institue l’autorité d’un seul homme". VOIR LA SOURCE .Dès son arrivé au pouvoir, Adolf Hitler, chef du parti politique en Allemagne lors de deuxième guerre mondiale, séduit les habitants et dirige ce peuple allemand en leur implantant des idées préconçues. Voici ce qu'en dit le Musée Canadien de la Guerre. VOIR LA SOURCE

 

L'État totalitaire nazi

Adolf Hitler a dirigé l'Allemagne de façon très stricte durant les années trentes et quarantes. Il a réussit a transformer l'Allemagne en un État totalitaire et en une dictature, voyons ce qu'en dit les Textes tirés du CDROM: Histoire de la Shoah, De la persécution à l'extermination des Juifs d'Europe: " l’idéologie et les techniques symbolisées dans ce projet de stérilisation étaient essentielles à la radicalisation des politiques à l’égard des Juifs et à la mise en place de la Shoah. La persécution des Juifs s’ajoutait à la mise en place d’un État racial et se déroulait de concert. "
VOIR LA SOURCE. Quelle est la vraie définition de l'État totalitaire, qu'est-ce que ça implique, voici ce que Nicolas Chalmin en pense:"Monocratique, l'Etat nazi peut se définir comme un Etat totalitaire, négateur de tous les principes de l'Etat de droit, des lois, des normes, des institutions. Il s'agit de soumettre, dans tous les actes de leur existence, les individus à la doctrine, de les transformer, de créer un " Homme nouveau " conforme aux principes du nazisme, une nouvelle élite dont les Nazis constituent un modèle.La clé de l'avenir demeure le façonnement d'une jeunesse éduquée selon les principes du nouveau régime VOIR LA SOURCE. Pour bien des gens Hitler a été une âme divine, le prennant comme le sauveur de la pittoresque situtation dans laquel ils se trouvaient. Par conséquent, Hitler avait comme but d'endocriner sa population face à son idéologie et ainsi une majorité de la popualtion allemande ont du prêter serment au parti nazi pour gagner la pleine confiance de leur chef. C'est ce qu'affirme Erich Fromm en lien avec la collaboration du peuple au sein du régime totalitaire nazi VOIR LA SOURCE.

 

Le boulversement de l'Europe

Suite à une grande catastrophe terrestre comme celle de la Deuxième Guerre Mondiale il est normal de voire un continent démoli sur le plan physique,politique et économique. L'aide des alliés est le seul espoir de rebatir à nouveau ce qui a été détruit. Des étudiants d'un séminaire d'histoire économique nous explique très bien cette situation:« D'autre part, l'Europe croit que les USA sont décidés, fin 1945, à prendre en charge généreusement et rapidement la reconstruction de son territoire, or ce n'est pas le cas. A l'heure des bilans, le paysage européen s'assombrit, les populations vivent parfois dans les ruines des villes rasées par la guerre; les principaux ports européens étaient tous ravagés; les structures économiques, ainsi que les ressources naturelles, détruites. Comment relever une telle situation économique sans une aide extérieure ? Citons le cas de l'Allemagne, où la monnaie ne circule plus: on paye par exemple en cigarettes. En avril 1947, la ration alimentaire n'excède pas parfois les 2/3 d'une ration normale. En Italie, le coût de la vie est multiplié par 40. Enfin, en été 1947, une crise financière et alimentaire, à laquelle vient s'ajouter l'aspect économique, semble précipiter l'Europe occidentale vers la catastrophe. Nous devons néanmoins réaliser qu'en 1945, l'Europe ne demandait qu'à repartir. Les cadres étaient présents, les structures opérationnelles; éléments qui, combinés aux injections financières du plan Marshall, confortent l'Europe sur la route de la prospérité et de la modernisation. Donc, le plan Marshall est l'étincelle du renouveau, et il augmente significativement le revenu national; le niveau de vie des populations s'accroissent considérablement, même si certains équilibres restent encore fragiles.» VOIR LA SOURCE

 

Le nombre de victimes

La deuxième guerre mondiale a fait un très grand nombre de blessés et de morts. Il y eu des victimes dans environ tout les pays ayant participé à ce grand conflit armé, mais encore plus dans les pays où il y avait une population juive importante. "L'essentiel des camps d'extermination est situé en Pologne, le principal étant celui d'Auschwitz-Birkenau, 1 million de juifs y seront assassinés. Ces camps sont des camps de travail et des laboratoires d'expérimentation. Des médecins sont chargés de "faire le tri" entre ceux capable de travailler et les autres qui seront exécutés immédiatement. Au total ce sont près de 6 millions de juifs qui sont exécutés soit environ 60% des juifs européens. On ne prendra conscience du carnage qu'à partir d'octobre 1944 et la libération des premiers camps."
VOIR LA SOURCE

 

Les camps de concentration

Après de longues journées entassés dans un wagon de train sans connaître la destination. Les portes du train s'ouvrent, ils se sentent soulagés toutefois des gens viennent voler leurs bagages et séparer les enfants de leur mère. Selon Henri Bulawko, ils venaient d'arriver dans le monde le plus cruel qu'ils pouvaient imaginer sur terre:
«Ce n'est qu'une heure plus tard, au moment où on nous a passé la tondeuse et tatoués, que le mot 'chambre à gaz' est entré dans notre vocabulaire. Avec une froideur que je peux comprendre, maintenant, les prisonniers qui nous rasaient nous ont dit, en désignant une très grande cheminée qui fumait VOIR LA SOURCE. Les déportés vivaient de façon très dure dans les camps de concentrations lors de la deuxième guerre mondiale. Ils devaient exécuter des travaux forcés et ne mangeaient quasiment pas. Mais quant était-il du contact qu'il pouvait garder avec leur famille, avaient-ils le droit de recevoir du courrier? Voici ce qu'en dit Stara Gradiska: "En 1941 et 1942, la direction des camps autorisa pour les prisonniers l'envoi d'un courrier par mois à destination de leur femme ou fiancée. Ce courrier était sous forme d'une carte sur laquelle ne pouvaient figurer qu'un message de 20 mots maximum. Après 1942, il semble que les courriers furent interdit  VOIR LA SOURCE. La mort de plusieurs milliers de détenus des camps de concentration pendant la guerre nous incite à nous demander: "Quelles étaient les conditions de vie dans les camps de concentration pendant la guerre? Voici ce qu'en pense Radio Islam: "Ces conditions ont été déformées et falsifiés délibérément dans d'innombrables livres extrêmement sinistres et déplaisants. Le rapport de la Croix Rouge, que nous examinerons plus loin, démontre de façon probante que les camps étaient bien administrés pendant la guerre.  VOIR LA SOURCE

 

Les camps de travail

Nous avons entendu plusieurs histoires différentes sur les camps de travail forcé, cependant qu'en était-il vraiment? Qu'elles étaient les conditions de vie humaines qu'un déporté pouvait endurer? Voici donc une journée type dans un camps de travail forcé, pour un déporté:"La journée se décomposaient de la manière suivante : les déportés étaient levés vers 3 heures 30 du matin , ils buvaient du " café ", se réunissaient sur l’appelplatz puis partaient au travail en Kommando. A midi, ils avalaient leur ration de soupe puis retravaillaient jusqu’au soir où, de retour au camps, ils devaient de nouveau se réunir pour l’appel. Puis il leur étaient distribué une ration de pain . La faim, le froid ou la chaleur, le vol, la barbarie des SS, la vie précaire, les maladies(typhus, dysentrie, malaria, …), que de difficultés à surmonter pour pouvoir continuer à vivre et à rester des hommes. Lutter pour sa vie dans ces camps de la mort, élément essentiel de la grande entreprise de déshumanisation née de l’idéologie nazie." VOIR LA SOURCE. Suite à la déportation des juifs, ceux-ci se retrouvaient dans des camps de concentrations séparés selon leur sexe et convertient à esclavagiste. Eric Gomes a recueilli l'information suivante:"Le travail est extrêment pénible et meurtrier. L'Allemagne, pour gagner la guerre, doit fabriquer toujours plus d'armes, elle a besoin d'une quantité importante de main d'oeuvre. Les usines telles que IG. Farben, BMW, Heinkel ... puisent largement dans les déportés pour augmenter les productions. Si les détenus ne travaillent pas assez vite ils sont aussitôt roués de coups par les Kapos, par les SS, souvent jusqu'à la mort. Les détenus sont utilisés jusqu'à leurs dernières forces : le but des camps c'est d'abord l'extermination par le travail, même si les déportés rapportent de l'argent aux SS, car ils sont loués aux entreprises." VOIR LA SOURCE

 

Les camps d'exterminations

Voyant leur calvaire interminable, les juifs étaient incapables de prédire ce qui les attendaient. Donc, tous événements suivants deviendraient pour eux l'enfer sur terre. C'est ce que nous explique si clairement Eric Gomes: "Avant le gazage, les "juifs" ou les "tziganes" sont rasés et sont conduits au trot vers leur fin afin de les épuiser et qu'ils soient essouflés. Ainsi ils inspirent plus rapidement le gaz toxique. Les déportés entrent dans la chambre à gaz ou sont chargés dans la cabine du camion à gaz. On attend ensuite que le gaz ait fait son effet. Ensuite,les portes sont ouvertes pour aérer. Il pouvait, au bout de ce temps rester des personnes qui n'étaient pas tout à fait mortes, elles étaient brûlées vivantes. Le Sonderkommando était donc chargé de récupérer l'or des bouches des cadavres, après il devait sortir les corps de la chambre ou du camion et les conduire aux fours crématoires pour les brûler." VOIR LA SOURCE. Il existait plusieurs différents camps de concentration et d'extermination, les deux se distinguant par leurs fonctions. Cependant, il y en a eu qui ont eu beaucoup plus d'importance que d'autres. Le site du Comité creusois du prix de la Résistance et de la Déportation nous présente le plus grand camp d'extermination:"Les camps d’extermination sont nés après les camps de concentration, à partir de 1941, dans la perspective de la " solution finale ", c’est à dire l’élimination systématique et totale des Juifs. Ils prennent le relais des " Einsatzgruppen ", forces mobiles d’extermination qui opèrent en Pologne et dans territoires soviétiques occupés, dont les " performances " et les capacités sont jugées insuffisantes. Leurs méthodes : fusillades et " roulottes à gaz ", spécialement construites pour l’asphyxie par l’oxyde de carbone visaient à l’extermination des Juifs polonais et soviétiques, des commissaires politiques et parfois de prisonniers de l’Armée Rouge. VOIR LA SOURCE

 

Le nombre de victimes en Europe

Durant la dernière partie de la Deuxième Guerre Mondiale, il y a eu une quantité accrue de victimes juives, comme le mentionne l'auteur de ce site, Yves Ternon: " De 1941 à 1945, plus de 5 millions de Juifs – hommes, femmes, enfants - ont été assassinés. Soit environ les deux tiers de la population juive d'Europe et le tiers du peuple juif dans son entier."  Ainsi ce même auteur fait resortir dans ses écrits la recenssion des décès selon les années du désastre :"Entre 1933 et 1940, les nazis tuèrent environ 100 000 Juifs. Le nombre des morts culmine en 1941 (1 100 000) et 1942 (2 700 000), période des gazages massifs dans les camps. En 1944 (500 000 à 600 000 morts) et 1945 (100 000 morts), étant donné l'ampleur du massacre précédent, les victimes potentielles ne sont plus aussi nombreuses."
VOIR LA SOURCE. La deuxième guerre mondiale a fait un très grand nombre de blessés et de morts. Il y eu des victimes dans environ tout les pays ayant participé à ce grand conflit armé, mais encore plus dans les pays où il y avait une population juive importante. "L'essentiel des camps d'extermination est situé en Pologne, le principal étant celui d'Auschwitz-Birkenau, 1 million de juifs y seront assassinés. Ces camps sont des camps de travail et des laboratoires d'expérimentation. Des médecins sont chargés de "faire le tri" entre ceux capable de travailler et les autres qui seront exécutés immédiatement. Au total ce sont près de 6 millions de juifs qui sont exécutés soit environ 60% des juifs européens. On ne prendra conscience du carnage qu'à partir d'octobre 1944 et la libération des premiers camps." VOIR LA SOURCE

 

Le retour à la vie normale

La deuxième guerre mondiale a fait plusieurs millions de morts dans la population juive. Cependant, il, y eu tout de même des surviants, mais sont-ils capables de retournés à la vie normale après un si gros génocide et après une cinqantaine d'années. "Pendant que les nombres montent vers le haut, quand est-ce que les considérations du volume entrent dedans et valident appeler l'annihilation des millions des vies un Holocaust? Je pense qu'elles . Voici un Holocaust aujourd'hui. Chaque enfant juif né dans l'état de l'Israel est un survivant du Holocaust soutenu par loi d'Israeli." VOIR LA SOURCE

 

Le taux de motivation

Grands nombre de Juifs gardaient espoir de pouvoir s'en sortir un jour. La motivation l'or de l'évacuation du camp d'Auschwitz par exemple.C'est de cette mainère que Lilly Osbert-Levy a pu garder sa raison de vivre même si elle ne connaissait pas les événements qui viendraient par la suite:«Notre compassion, notre sensibilité sont atténuées, réduites, inexistantes, marquées par une faim atroce et nous nous surprenons à songer qu'il y a peut-être dans les maigres bagages de ces victimes un peu de pain, de sucre, qui nous aideraient à survivre. Nous marchons des journées entières, pas de pose pour manger ou boire, d'ailleurs il n'y a rien à boire ou à manger, en plus d'avoir de la difficulté à trouver le sommeil, trop fatiguées, épuisées, affamées. Puis nous repartons pour notre route infernale. Nous nous soutenons les unes les autres, ajustées, emboîtées, imbriquées. Tour à tour, par trois, nous marchons, celle du milieu dort, automate, maintenue par les deux autres et inversement». VOIR LA SOURCE

 


Enquête

 

Les Juifs n’ont pas toujours eux droit à une vie facile. La Deuxième guerre mondiale a été un massacre pour leur communauté, toutefois ce que nous avons remarqué suite à notre entrevue est que bien que la guerre soit terminé, leur enfer ne fait que commencer. Tally Abeccassis, elle-même juive, et Christiane Fréchette, professeur d’histoire au cégep du Vieux-Montréal, nous ont fait un plaisir de nous accorder quelques minutes pour répondre à nos petites questions portant sur les conséquences psychologiques des victimes juives suite aux atrocités de la guerre.

Voir ici pour le verbatim intégral de l'entrevue

  1. On traite souvent du problème des six millions de victimes durant la Deuxième Guerre Mondiale, mais qu’en est-il des survivants? Où se sont-ils réfugiés? Ont-ils reçu de l’aide?

A la fin de la guerre, lors de leur libération, les Juifs se sont retrouvés dans plusieurs endroits spécifiques en Europe  aidés par des organismes comme la Croix Rouge. Comme Christiane nous la expliqué: " Une certaine partie se sont retrouvés en Israël/Palestine et par l'aide de la Croix Rouge, un groupe on eu la chance d’aller se réfugier aux Etats-Unis, au Canada et en Amérique de Sud." Toutefois, Tally,  nous a informé que :"Malgré ce système d’aide, beaucoup de Juifs ont préféré la liberté et l’autonomie et par conséquent ils se sont perdus  moralement et physiquement." Les enfants de la guerre n'ont jamais été mis de côté par la population juive, ils les protégeaient et les aidaient à reconstituer leur famille défaite lors de la Shoah.

2. Suite à la libération des camps de concentrations, quelles ont été les conséquences psychologiques que les Juifs ont du affronter, au niveau du stress, de la motivation, de la colère? Pour eux, le retour à une vie normale était-il possible? Ont-ils été victimes de problèmes psychiques?

Il en va de soit que les victimes ne peuvent retourner à une vie normale, comme avant le génocide. Par l'analyse de plusieurs recherches on remarque fréquemments que les victimes souffrent de nombreux malaises du aux "Flash Back", aux bruits ou aux comportements de certaines personnes. Toutefois, Tally a souligné un fait intéressant:"Selon des recherches, on remarque que les Juifs ont un taux élevé de stress post-traumatique causé par un manque de sommeil prolongé". Par conséquent, vivre dans les camps de concentration n'était pas de tout repos, la possibilité de se suicider n'était même pas envisageable car cet acte permettait de créer une nouvelle place pour de nouveaux Juifs. Malgré les conséquences, les Juifs sont hantés par de nombreux souvenirs tel que Christiane le mentionne:" Ils gardent en eux l’odeur de chair calcinée. Cette odeur est encore présente, aujourd’hui, dans leur système olfactif. Le souvenir le plus frappant qu’ils gardent des camps de concentration est que le ciel était toujours noir, les percées de soleil étaient rares."

3. Quelle a été la réaction de la communauté Juive suite aux atrocités du génocide?

La communauté juive est un peuple solidaire face à ces semblables. Nous comprenons très bien que vivre une guerre en étant les pourchassés nécéssite une telle collaboration de tous. C'est ce qu'affirme les deux personnes interviewées."La communauté juive c’est solidifiée, chacun apportait une aide financière à ceux qui étaient dans le besoin. Par la suite, d’énormes travaux de mémoire ont été réalisé dans le but de trouver des réponses à ces persécutions. D’un autre côté, la communauté juive a tenté de prendre l’holocauste comme un symbole positif pour ainsi devenir une unification", affirme Tally. Christiane ajoute un élément important pour mettre fin à ces atroscités:" Certaines Juifs feront la chasse aux criminels de la Deuxième guerre mondiale".

4. En 1948, la proclamation de l’État d’Israël fut fondée. Cette proclamation serait-elle en étroite relation avec le l’extermination des Juifs?

Bien entendu que la proclamation  de l'État d'Israël est en étroite relation avec le génocide. A la fin de la guerre, le seul endroit qui leurs semblaient possible pour se réfugier était la Palestine. Malheureusement, comme nous le savons tous, la Palestine est constituée majoritairement d'Arabes et la venue de Juifs engendera de longues années de conflits territorials. En général, c'est ce qu'affirme Tally et Christiane:" D’énorme problèmes se sont produit. Les Juifs revendiquent un territoire qu’ils ont perdu, la venue de la Deuxième Guerre Mondiale qui les persécutent sont des éléments concluant pour mettre en place un processus de paix. En 1948, l’État d’Israël a été établi en lien avec la Shoah pour permettre de rétablir la paix et d’établir une maison mère pour les Juifs ".

5. Aujourd’hui en 2001, 56 ans après la catastrophe, quelles sont les répercussions encore visibles dans la communauté juive et autres?

Cette catastrophe ne pourra jamais être oubliée, l'histoire est racontée et transmise de génération en génération. Certains même après de nombreuses lectures n'ont pas encore toutes les réponses à leurs questions face au sort qu"ils ont subit. Pour les Juifs, et encore aujourd'hui, la SHoah est un événement sacré dans leur histoire, car selon Christiane:" L’Allemagne ainsi que la Pologne ont presque été vidé de leur population juive. Malheureusement, suite à la Shoah, la communauté juive sera amputée ".

 

Site web

 

Premièrement, Mémoire juive et éducation est une page qui a été conçu pour les étudiants des collèges et des lycées qui voulaient en savoir davantage sur le génocide juif de la deuxième guerre mondiale. Elle contient des témoignages d'enfants juifs déportés, des documents sur la déportation, des documents sur la pédagogies et le Shoah et sur la littérature et le Shoah, des mémoires et des documents sur l'antiracisme et l'antifascisme. Ainsi, Histoire du génocide nous racontre par le bias d'un résumé l'Holocauste, cette extermination systématique des Juifs perpétrés par le régime nazi durant la deuxième guerre mondiale de 1941 à 1945. Elle nous parle de l'organisation quiétait faite là-bas, des méthodes utilisées et des nombreuses victimes. nous racontre par le bias d'un résumé l'Holocauste, cette extermination systématique des Juifs perpétrés par le régime nazi durant la deuxième guerre mondiale de 1941 à 1945. Elle nous parle de l'organisation quiétait faite là-bas, des méthodes utilisées et des nombreuses victimes. De plus , le site Le génocide juif pendant la deuxième guerre mondiale traite des persécutions qu'on subit la population juive durant la deuxième guerre mondiale. Des stastistiques et des tableaux nous sont présentés pour nous aidé à comprendre l'impact de ce génocide. On site qui peut être très intéressant car il pose des questions auquel il répond lui-même. Cependant,Staline et Hitler explore un monde de dossier portant sur des droits et liberté. On nous raconte comme le mélange de Staline et d'Hitler on créé une équipe de terreure ayant comme but la destruction d'un peuple complet. Le site est bien structuré, cependant la page contient que très peu d'information. Il faut continuer la recherche en suivant la multitude de liens nécessaire pour une recherche plus profonde. LE GÉNOCIDE NAZI ET LES NÉGATIONNISTES est alors un site qui peut nous être très utile, on aborde le sujet des révolutionnistes qui affriment n'avoir jamais été en lien avec la politique hiltérienne. On y explique le but des camps de concentrations et leurs côtés positifs. Un site bien construit traitant de sujets bien identifiés, comme l'antisémitisme et le négationnisme. Pour terminer le tout on peut toujours laisser nos réactions dans un endroit réservé à cet fin. Finalement,  L'extermination au jour le jour est un site qui renferme une grande réserve de références de toutes sortes. De plus elles sont bien identifées et nous permette d'avoir recour au livre pour de plus ample information. Chaque petit résumé de livre explique ce que chaque homme d'État avait à publier pour convaincre le peuple de le suivre dans toute ses démarches contre les juifs. Et pour aller dans le même sens la page  le génocide juif pendant la deuxième guerre mondiale  nous présente de manière très claire différents tableaux se rapportant à plusieurs aspects de la deuxième guerre mondiale. Elle nous décrit les lieux importants et nous donne une bonne quantité de statistique nous aidant à comprendre l'importance de ce génocide. Pour terminer, le rapport très critique de la Commission Bergier (Édicom: publication du rapport Bergier) à l'égard des autorités de l'époque. Selon eux,une politique plus sensible aux exigences humanitaires aurait pus sauvé des milliers de gens du génocide. Ils expliquent donc leur preuves qui appuies cette affirmation avec des réponses recherchées et à l'aide de photos. 

 

 

Bibliographie

 

MONOGRAPHIES

BÉDARIDA, François, La nazisme et le génocide: histoire et témoignages, Presse pocket, Paris. 1992. 254 p.
Ce livre explique pourquoi les juifs étaient tant poursuivis, détestés et massacrés par les nazis, sans prévoir ou imaginer les conséquences terrifiantes de ce geste.


BÉDARIDA, François, Institut d'histoire du temps présent, La politique nazie d'extermination, A. Michel, Paris. 1989. 332 p.

BENSSOUSSAN, George, Histoire de la Shoah, Presses Universitaires de France, Paris. 1996. 127 p.
Entre 1939-1945, cinq à six millions de juifs européens ont été assassinés par les nazies. Le but était de détruire ce génocide de la planète. Ce livre est une étude historienne qui tente d'expliquer l'inintelligence de ce geste.

BOCHURBERG, Claude; Jacqueline Baldran, L'histoire bafouée ou la dérive relativiste, l'Harmattan, Paris. 1992. 125 p.

BURRIN, Philippe, Hitler et les juifs: génèse d'un génocide, Édition du Seuil, Paris. 1995. 200 p.

; Le livre traite des idéologies des dirigeants au pouvoir, des moyens qu'ils ont entrepris pour mettre à terme leur massacre.

CHAUMONT, Jean-Michel, La concurrence des victimes: génocide, identité, reconnaissance, Édition du Seuil, Paris. 1999. 59 p.

CHAUMONT, Jean-Michel, La concurrence des victimes: génocide, identité, reconnaissance, La découverte, Paris. 1997. 380 p.


EISEN, George, Les enfants pendant l'Holocauste: jouer parmi les ombres, Calman-Lévy, Paris. 1993. 216 p.

HILBERG, Raoul, Exécuteurs, victimes, témoins: la catastrophe juive: 1933-1945, Gallimard, Paris, 1994. 336 p.

HILGERB, Raoul, La destruction des Juifs d'Europe, Gallimard, Paris, 1999. 1098 p.


LARNAC, Gérard, Après le Shoah: raison instrumentale et barbarie, Ellispses, Paris.
Explique les atrocités de la guerre avant, pendant et après. On comprend bien le parcours qu'ils ont suivi croyant bien s'en sortir vivant.

LEVI, Primo, Les naufragés et les rescapés: quarante ans après Auschwitz, Gallimard, Paris. 1989. 199 p.
Explication de l'enfer que les hommes ont subit dans les camps de concentration nazis et comment ils sont devenus des victimes d'une acculturation suivi du déclin de leur personnalité comme individu.

MARRUS, Michael Robert, L'Holocauste dans l'histoire, Eshel, Paris. 1990. 254 p.


SICHROVSKY, Peter, Naître coupable, naître victime, Maren Sell, Paris. 1991. 315p.
*Témoignages des gens persécutés à cause de leur nationalité, leurs coutumes et leurs croyances. Montrant ce qu'ils sont devenus.

VIDAL-NAQUET, Pierre, Réflexion sur le génocide: les juifs, la mémoire et le présent, La Découverte, Paris. 1995. 293 p.7

WIEVIORKA, Annette, Déportation et génocide : entre la mémoire et l'oubli, Plon, Paris. 1992. 506 p.

WIEVIORKA, Annette, Auschwitz expliqué à ma fille, Édition du Seuil, Paris,1999. 60 p.
*Une mère explique à sa fille ce que les nazis ont fait subir aux juifs des quatre coins de l'Europe.

ZAJDE, Nathalie, Enfants de survivants: la transmission du traumatisme chez les enfants des juifs survivants de l'exterminations nazie, O. Jacob , Collection: Sciences humaines Opus, Paris. 1995. 218 p.

Les gens témoignent de leur vécu avec nous. C'est une analyse psychologique des enjeux dans la transmission du traumatisme chez les familles juives survivantes.

 

 

RÉFÉRENCES/BIBLIOGRAPHIES

JEAN-PAUL, pape, Église catholique. Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme, Nous nous souvenons : une réflexion sur le Shoah, Le Centurion Paris, Paris. 1998. 29p.
À la fin du Xxe siècle , l'église catholique en profite pour exprimer sa profonde douleur envers tous. Elle apporte un grand respect et une grande compassion pour ceux qui ont vécu le Shoah.

ROME, David et al, Les juifs du Québec: bibliographie rétrospective annotée, Institut québécoise de la recherche sur la culture, Québec. 1981. 317 p.
L'évolution de la population juive au Québec depuis le début du Xxe siècle. Montre les rapports culturels entre la société juive versus la société québécoise francophone.


STARKEY, Edward D., Judaism and Christianity: a guide to the reference literature, Librairies Unlimited, Englewood. 1991.256 p.


PUBLICATIONS GOUVERNEMENTALES

BLANC, Brigitte et al, La seconde guerre mondiale: guide des sources conservées en France: 1939-1945, Archives nationales, Paris. 1994. 1217 p.

INSTITUT NATIONAL DE L'AUDIOVISUEL, Direction de la documentation française, Les archives de la guerre: 1940-1944, La documentation française et l'Institut national de l'audiovisuel, Paris. s.d . 399 p.
*Diffusion de journaux de presse en France du mois d'août 1940 à août 1944. Le but est de mieux comprendre l'évolution, aider à spécialiser les personnalités, montrer le contexte géographique ainsi que la thématique.

REPÈRES

FINKIELKRAUT Alain, Génocide : le bureaucrate et le fanatique, Le Nouvel observateur, no 1101, 13 déc. 1985, p. 52-53
Cette revue démontre les étapes que les supérieurs de l'État ont entrepris pour influencer la population à croire à une extermination d'une partie de l'Europe.

MARGUERAT Philippe, Le IIIe Reich, l'invasion de l'URSS et le génocide juif, juin-juillet 194, Revue historique, no 597, janv.-mars 1996, p. 153-181

SIMON Sherry, Symbole, escroquerie ou fait historique? Spiral, no 59, mars 1986, p.

SZUREK Charles, Le génocide juif en Pologne : aperçu de quelques problèmes historiographiques, Cahiers internationaux de sociologie, no 96, janv.-juin 1994, p. 165-175

TERNON Yves, L'unicité du génocide juif, Études, t. 369, oct. 1988, p. 359-370












    Pour retourner à la page des étudiants cliquez sur PRÉCÉDENTE ou CLIQUEZ ICI
    © glaporte@cvm.qc.ca