Les jeunes et les troubles du comportement alimentaire 

Présentation
Problématique
Table des matières
Analyse     Enquête
    Sites Web
Bibliographie

 

Les jeunes et les troubles du comportement alimentaire


Dans le cadre du cours «Initiation à la méthodologie des sciences humaines», nous tenterons de lancer de nouvelles pistes de réflexion et de sur la problématique du comportement alimentaire et nous établirons quelques sources d'informations pertinentes pour les personnes qui souffrent de ces problèmes de santé.

Par Joé Beauséjour et Myriam Mattioli

Menu

 

Description de sujet


Premièrement, le problème de l’obésité et des autres troubles du comportement alimentaire ne datent pas d'hier et ils ont des origines plus lointaines que l'on peut se l’imaginer. Ce qui nous intéresse avant tout ici, c’est l’étude de ces problèmes de comportement alimentaire à travers les activités quotidiennes: les habitudes alimentaires et sportives des jeunes qui tendent à s'éloigner de plus en plus des normes d'une saine santé.
  Dans le journal «VOIR» du 7 février 2002, nous avons pu lire un article traitant de l’obésité chez les enfants et nous en somme venu au constat que ce problème de santé n’allait pas en s’améliorant parce que les jeunes comme les adultes négligent leur santé physique et mentale. De plus, la progression du phénomène en Amérique du Nord est très inquiétante selon quelques organismes canadiens de la santé. 60% de la population des États-Unis souffrent d'un excès de poids.  C’est dans ce cadre de recherche que nous tenterons de mieux analyser le problème et de comprendre pourquoi les jeunes de notre époque négligent leur santé au point de développer d'énormes problèmes physiques et psychologiques tels l'obésité et les autres troubles du comportement alimentaire qui semblent atteindre de plus en plus la jeunesse. Comment se fait-il que ce phénomène en soit arrivé à ce point critique.

Menu

Recension des écrits

La documentation que nous avons jusqu'à présent consultée, que ce soit des ouvrages de référence ou encore des monographies, présente l’obésité et les autres troubles du comportement alimentaire, comme des maladies qui touche essentiellement  le monde occidental et plus sévèrement les femmes. Les auteurs de ces livres semblent presque unanimes sur le fait que ces problèmes de santé affectent de plus en plus les jeunes et, ce, même à très bas âge. Dépendamment de l’école de pensée à laquelle ils appartiennent, les spécialistes traitent les troubles du comportement alimentaire avec différents facteurs d'ordre biologiques/physiques, psychologiques, socio-culturels et même familiaux.   

 

 Problématique

Menu

Tout en scrutant un maximum d’informations sur notre sujet en un minimum de temps, nous nous sommes arrêtés puis questionnés sur l’état problématique du phénomène des troubles alimentaires qui représente une des principales cause de mortalité dans le monde et nous en sommes venus aux interrogations suivantes : quelles sont les causes qui expliquent principalement les dérèglements alimentaires ? D'autre part, les personnes au prise avec un trouble de comportement alimentaire respectent-elles un régime de vie équilibré qui convient à leur propres besoins physiques ainsi que psychologiques. Leur situation problématique est-elle liée uniquement à des facteurs génétiques ou bien est-ce juste une incapacité à maintenir un régime de vie équilibré qui inclut une saine alimentation et une dose régulière d'activité physique?

À partir d'une vision globale du phénomène, nous pensons de prime à bord que les problèmes de comportement alimentaire découleraient directement et indirectement d'un système de valeurs sociales qui entretien un désinterressement total face aux facteurs à prendre en considération pour vivre en pleine santé. Nous croyons possiblement que les multinationales, qui institutionnalisent la malbouffe, s'implantent un peu partout sur la planète et elles commercialisent de manière délibérée un système de consommation alimentaire fondé sur le principe du prêt à servir en moins de cinq minutes avec en prime des tas d'OGM et de pesticides chimiques. Ensuite, ces pressions sociales poussent les gens à privilégier souvent plus l'aspect physiologiques de leur corps au détriment des mécanismes biologiques internes. Alors dans ce contexte socio-culturel défaillant où la nutrition et l'exercice physique est passé au second plan chez les jeunes qui sont les êtres de demain et même dans la société en générale. Les variables mises en relation dans cette recherche seront les jeunes et les problèmes de comportement alimentaire (variable indépendante) en rapport avec les habitudes de vie au quotidien de la jeunesse contemporaine pour miser santé (variable dépendante).


        

Table des matières

Menu

1.1- Définition des troubles alimentaires en général

1.2 Les différents troubles du comportement alimentaire 

1.
3- l’obésité

1.4- Le taux d'obésité au Canada figure parmi les plus élevés au monde

1.5 anorexie mentale

           1.6- définition 

           1.7- Historique

        1.8- boulimie 

            1.9- Définition

            1.10- Historique

            1.11- La compulsion alimentaire

         2- Les causes des troubles du comportement alimentaire sont multiples 

              2.1- Composition corporelle

              2.2- Causes et incidences 

               2.3- Influence de la génétique 

                2.4- Déséquilibre de l'activité physique

                2.5- Le rôle de l’alimentation

  

                2.6- Les besoins énergétiques

                2.7- Déséquilibre de l'activité physique    

                2.8- Le rôle de la santé mentale 

 

 

Analyse

Menu

 

1.1-   Définition des troubles alimentaires en général

    Impression de manger ses émotions, fixations alimentaires, poids "yo-yo" et expérimentation de toutes sortes de régimes. Prise de         nourriture de façon sporadique ou continuelle à toute heure du jour. Tendance à l'obésité et faible estime personnelle. Humeur             influencée par le poids ou le sentiment de contrôle sur celui-ci. Les troubles de conduite alimentaire font l'objet d'intenses recherches depuis les trois dernières décennies. La ou les causes de ces pathologies ne sont pas encore connues. Bien qu'indéniablement impliqués dans le développement et le maintien de ces troubles alimentaires, les facteurs socioculturels telle la pression sociale pour être mince, ne peuvent expliquer l'ensemble du phénomène. En effet, de plus en plus d'études se penchent sur le rôle de facteurs génétiques et physiologiques, ainsi que certaines caractéristiques du milieu familial dans l'apparition des troubles de conduite alimentaire.
les troubles de conduite alimentaire peuvent être perçus comme un signal d'alarme venant dire à la personne que quelque chose ne va pas en elle. Il pourrait donc s'agir d'une tentative de prise de contrôle sur le corps qui découlerait d'une souffrance intérieure profonde. En effet, l'estime de soi est négative chez la personne, les émotions sont inhibées et elle vit avec le sentiment d'être contrôlée par les autres. Elle a donc mis toute son attention sur la seule partie d'elle-même qu'elle croit encore pouvoir contrôler: son corps mais, le sentiment de perte de contrôle s'accentue. Elle met donc sa santé physique et mentale en véritable danger.

Ces troubles de la conduite alimentaire demeurent mystérieux pour les gens en général. Que peut-on trouver d'enivrant dans la nourriture ou dans la privation extrême ? Bien sûr le corps a besoin de nourriture pour vivre, et celle-ci se doit d'être équilibrée. La quête d'identité de la personne peut la mener loin, car un sentiment de satisfaction ne peut s'installer en elle. Il semble que rien ni personne ne pourra remplir son vide intérieur, déjà trop présent et combien douloureux. Cette personne copie les stéréotypes sociaux, tente d'entrer dans un moule social, à la recherche d'un sentiment d'appartenance, en même temps qu'elle crie ses différences et fuit ce même moule social.
source: COTE, Stéphanie, « Un problème énorme! », Guide ressources, no. 8 (avril 2001) : p. 24-27.

1.2- LES DIFFÉRENTS TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

· L’anorexie mentale répond à une volonté active de restreindre son alimentation et de perdre du poids.
· La compulsion alimentaire " frénétique " est la consommation en un temps court d’une quantité assez importante d’aliments choisis, avec une connotation de plaisir, même s’il y a ensuite le sentiment d’avoir perdu le contrôle. Elle n’est en règle pas suivie de vomissements.
· La crise boulimique est la consommation en un temps court d’une quantité importante ou massive d’aliments non choisis, sans aucune connotation de plaisir, sans faim ni rassasiement, avec un fort sentiment de perte le contrôle. Elle est suivie de vomissements et d’un dégoût de soi qui peut conduire au suicide.
Le grignotage pathologique est la consommation en un temps assez long, par petites quantités répétées, d’aliments choisis, sans sensation de faim et avec une connotation de plaisir très modérée.
source:
Collectif action alternative en obésité 

1.3- l’obésité

    Il y a de façon de définir l’obésité. La première définition est de type médical. Cette dernière affirme que l’obésité est une situation dans laquelle la masse lipidique corporelle est accrue par rapport aux normes disponibles, qui mettent en corrélation l'âge, le sexe, la taille et la masse musculaire (Encyclopédie Médico-chirurgicale 1992).La seconde définition provient de l’Organisation mondiale de la Santé. Cette organisme offirme quel'obésité est un excès de masse grasse entraînant des conséquences néfastes pour la santé (rapport de 1997).
Cette seconde définition est plus simple, et elle a l'avantage de mettre les points sur les i : lorsqu'un médecin parle d'obésité selon la définition correcte, il ne parle pas d'un "état", ou d'un "surpoids", mais d'une vraie maladie .
L'obésité est définie par un Indice de Masse Corporelle (IMC) ou Body Mass Index (BMI). L'IMC est calculé en divisant le poids de la personne par le carré de sa taille (Kg / m2). Si cet indice est supérieur ou égal à 30, l'individu est considéré comme obèse. Entre 25 et 30, on parle de préobésité. A partir de 40 Kg / m2, on parle
d'obésité morbide. C'est le seuil à partir duquel on risque de voir apparaître une morbidité secondaire à différents types de complications.
source:
Association des médecins traitant l’obésité

 

1.4- Le taux d'obésité au Canada figure parmi les plus élevés au monde

    L'obésité est une maladie qui se répand à travers le monde. Un récent rapport de l'Organisation mondiale de la santé note que la prévalence de l'obésité double tous les cinq ans, signe des proportions épidémiques que prend un problème de santé déjà ravageur. L'obésité et l'excès de poids atteignent des proportions épidémiques au Québec. Ici comme partout ailleurs en Amérique du Nord, la situation est tellement préoccupante qu'on la considère maintenant comme un problème de santé publique
Chez les ados ,l’inactivité physique qui peut causer l’obésité se chiffre à 61%. Chez les filles, elle est plus présente (67%) que chez les gars (54%) C'est quand même énorme. Ce pourcentage n'est pas normale, Mais fait étonnant l’obésité se situe à 11 % des femmes contre 13 % des hommes sont considérés obèses. Les gars sont donc plus victime de problèmes d’obésité que les filles
Source:
Research Chair on Obesity; Chaire de recherche sur l'obésité




1.5  ANOREXIE MENTALE

    Amaigrissement important (> 15 %), Peur de grossir et de devenir obèse, Trouble de l’image corporelle, Refus d’atteindre ou de maintenir un poids normal minimal, Absence de troubles somatiques ou psychiatrique " autre ".On y ajoute (Feighner et al), Age jeune (< 25 ans), Distorsion du comportement alimentaire, Aménorrhée : 2aire à perte de poids ou non, Hyperactivité, Boulimie et vomissements : 2 types d’AM au pronostic et à la prise en charge très différents :
· Forme restrictive pure
· Forme avec vomissements et/ou vraies crises de boulimie
source: LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-34.

1.6- DÉFINITION 

    Les personnes qui se privent de nourriture intentionnellement peuvent souffrir d'anorexie nerveuse. Ce désordre alimentaire, qui débute souvent chez les jeunes durant la puberté, se caractérise par une perte de poids extrême. Les personnes souffrant de cette maladie ont un aspect corporel émacié, mais sont convaincues qu'elles ont un surplus de poids. Pour des raisons encore plus ou moins connues, elles deviennent terrifiées par la peur d'engraisser.
La nourriture et le poids deviennent des obsessions. Pour quelques-uns, certains comportements compulsifs apparaissent, d'étranges rituels alimentaires, et parfois un refus de manger devant les autres. Certaines personnes s'engagent dans des exercices physiques strictes et routiniers exclusivement afin de perdre du poids.
Chez les patients souffrant d'anorexie, la privation de nourriture peut aller jusqu'à provoquer la détérioration des organes vitaux comme le cœur et le cerveau. Pour se protéger, le corps ralentit la vitesse de son métabolisme. Chez les femmes, cela provoque l'arrêt des menstruations. Les fonctions vitales comme la respiration, le pouls et la pression sanguine diminuent, et les fonctions de la glande thyroïde ralentissent.
L'anorexie nerveuse provoque souvent une anémie modérée, un gonflement des articulations, une réduction de la masse musculaire, la perte de cheveux et de légers maux de tête. Si le désordre alimentaire devient sévère, la patiente peut manquer de potassium, peut perdre le calcium nécessaire à ses os, et souffrir d'irrégularité ou de défaillance cardiaque.
Plusieurs personnes souffrant d'anorexie souffrent aussi d'autres troubles psychiatriques tel que la dépression, l'anxiété, la dépendance aux drogues ou à l'alcool, des troubles d'obsession ou de compulsion, et plusieurs sont à risque et ont des tendances suicidaires.
source: LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-34.

1.7- HISTORIQUE 

    Des restrictions alimentaires particulièrement sévères, ainsi que des périodes de jeûne, étaient déjà, au Moyen-Age, largement pratiquées au sein des communautés religieuses, ces privations ayant un caractère mystique et une justification philosophique. Sainte Catherine de Sienne, morte à l'âge de trente-trois ans à la suite de ce que certains auteurs appellent aujourd'hui " anorexie sainte ", n'est que l'exemple le plus connu et le plus flagrant de ce genre de pratiques. On retrouve la première description médicale de l'anorexie en 1689; le médecin Richard Morton décrit une forme de dépérissement physique d'origine nerveuse. Mais c'est à partir de la deuxième moitié du siècle passé que le terme d'anorexie mentale est employé dans le sens que nous lui reconnaissons aujourd'hui : presqu'en même temps, deux médecins, le français Lasègue en 1873 et l'anglais Gull en 1874, donnent les deux premières descriptions cliniques de cas d'anorexie, descriptions qui sont encore aujourd'hui d'actualité. Bien que pour ces auteurs il s'agisse d'un trouble d'origine psychique, la médecine le considérera et le traitera pendant des années plutôt comme un problème physique (insuffisance hypophysaire, notamment). Ce n'est qu'à partir des années 50 que l'on reviendra à l'idée d'une origine psychologique de l'anorexie mentale, acceptant donc que les problèmes physiques associés ne sont que la conséquence de l'arrêt de l'alimentation.
source: LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-34.


1.8- boulimie 

    La boulimie est la répétition de crises boulimiques. Le désir excessif de minceur conduit aux manipulations des entrées et sorties énergétiques.
La crise boulimique :
· temps court
· quantité massive d’aliments
· non choisis, sans plaisir, ni faim ni rassasiement
· perte le contrôle
· suivie de vomissements
· dégoût de soi (honte) qui peut conduire au suicide.
source:
LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-34.

1.9- DÉFINITION

    Les personnes souffrant de boulimie consomment une grande quantité de nourriture lors d'épisodes de compulsion alimentaire (rages), et utilisent ensuite des moyens pour débarrasser leur corps de l'excès de calories soit en se faisant vomir, en utilisant des laxatifs ou des diurétiques, en prenant des coupe-faim, ou en faisant de l'exercice. Certaines personnes utilisent une combinaison de ces moyens pour purger leur corps.
Ces personnes conservent habituellement leurs comportements de compulsion alimentaire (rages alimentaires) et de purge secrets. Elles maintiennent un poids normal ou un peu au-dessus de la normale, ce qui leur permet de cacher leur problème pendant des années. Comme pour l'anorexie, la boulimie débute souvent lors de la puberté. Cette maladie se développe la plupart du temps chez les femmes, mais elle est aussi présente chez les hommes. Plusieurs personnes souffrant de boulimie ne vont pas chercher d'aide avant d'avoir l'âge de 30 ou 40 ans parce qu'elles sont embarrassées de révéler leurs comportements étranges face à la nourriture.
Médicalement, même les patient(e)s boulimiques qui ont un poids normal peuvent endommager sévèrement leur corps à cause des épisodes de compulsion alimentaire et des purges fréquentes. Dans de rares cas, la compulsion alimentaire peut causer une rupture de l'estomac, et les purges peuvent mener à une défaillance cardiaque due à la perte de minéraux, tel que le potassium. Les vomissements peuvent causer une inflammation ou une perforation de l'œsophage et un gonflement des glandes parotides (salivaires) près des joues. Comme pour l'anorexie, la boulimie peut causer des irrégularités dans les périodes de menstruations.
Quelques personnes souffrant de boulimie luttent aussi contre des dépendances aux drogues et à l'alcool, et contre le vol compulsif. Comme les personnes vivant de l'anorexie, plusieurs personnes boulimiques souffrent de dépression, d'anxiété, de désordres obsessif-compulsif, et d'autres maladies psychiatriques.
source:
LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-3
4.

1.10- Historique

    Quant à la boulimie ou bulimia nervosa (du grec " grande faim dévorante "), elle a pendant longtemps été considérée comme un symptôme provenant d'autres pathologies : tantôt comme un signe de névrose hystérique, tantôt comme faisant partie d'un trouble plus profond de la personnalité, ou encore comme un signe de dépression. D'autres auteurs ont parlé d'addiction ou de " toxicomanie sans drogue ". Des rapprochements ont également été faits entre boulimie et obésité. On a aussi parlé d'une origine biologique de la boulimie, hypothèse qui met en cause des variations du taux de sérotonine, produit chimique ayant un rôle important dans le fonctionnement du cerveau. Enfin, ce n'est que dans les années 80 que la boulimie acquiert une description diagnostique spécifique.
A partir des années 80, suite à l'intérêt que les troubles alimentaires ont suscité dans le monde médical, d'autres troubles alimentaires, se distinguant de l'anorexie et de la boulimie selon des symptômes et une intensité différents, ont été décrits et définis par plusieurs auteurs.
source:
LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-34.

1.11- La compulsion alimentaire

    Une maladie qui ressemble à la boulimie, la compulsion alimentaire est caractérisée d'épisodes où la personne mange une très grande quantité d'aliments d'une manière incontrôlée compulsive (épisode de compulsion alimentaire). Toutefois, les personnes qui souffrent de ce désordre alimentaire n'utilisent pas de moyens pour se purger et se débarrasser de l'excès d'aliments consommés.
Les personnes aux prises avec ce désordre alimentaire ressentent souvent une perte de contrôle d'elles-mêmes lorsqu'elles mangent. Durant les périodes de stress, elles mangent une énorme quantité de nourriture et ne s'arrêtent que lorsqu'elles se sentent complètement pleines et inconfortables et même jusqu'à se sentir nauséeuses. La plupart des gens souffrant de ce problème son obèse ou ont un historique de fluctuation de poids.
Puisque ces personnes ont souvent un excès de poids, elles sont aussi sujettes à de sérieux problèmes de santé associés à l'obésité, tel qu'un taux de cholestérol et une pression sanguine élevés, du diabète et d'autres complications médicales. Les personnes souffrant de ce désordre alimentaire ont aussi une forte tendance à développer d'autres problèmes psychiatriques tels que la dépression.
source:
LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-34.



2- Les causes des troubles du comportement alimentaire sont multiples 

    Au niveau biologique, une prédisposition génétique aurait été mise en évidence par des études sur les jumeaux mais les résultats ne sont pas encore confirmés.
Au niveau psychologique, on note que certains problèmes de personnalité sont plus fréquemment associés à un trouble alimentaire : perfectionnisme, tendance à réagir sur un mode en " tout ou rien ", faible estime de soi, difficultés dans le mode de relation aux autres.
Au niveau socio-culturel et familial, la culture actuelle basée sur la minceur et la beauté comme signes extérieurs de succès et de bonheur a une incidence certaine sur le développement de troubles alimentaires. On observe également des problèmes de communication au sein de la famille ainsi que des traumatismes sexuels.
source:
SIMONEAU, Jacqueline, « Mythes et vérités sur l'apport calorifique de certains aliments », Capital santé, no. 4, (janvier-février 2002) : p. 20-28

2.1- COMPOSITION CORPORELLE : La mesure du seul poids ne suffit pas

    Dans la dénutrition :
1. le poids sous-estime la perte de masse cellulaire, du fait de l'augmentation de l'eau extra et intra-cellulaire
2. la perte de poids peut intéresser principalement la masse grasse ou la masse maigre
3. au cours de la renutrition, la variation du poids peut être le fait de variation des secteurs hydriques. En effet, l'eau totale représente 60 % du poids du corps, un bilan sodé (NaCl) positif de 9 g/j entraîne une prise de poids corporel de 1 kg (un litre d’oedèmes).
    

    En cas de surpoids ou d’obésité :
1. La rétention hydro-sodée est fréquente : troubles veineux, hyperinsulinisme
2. En cas de régime restrictif, les 1ers kg perdus sont de l’eau (extra-cellulaire) : 2 à 4 kg, voir beaucoup plus en cas d’obésité massive (10 à 15 kg)
3. A la sortie de ces régimes, les 1ers kg repris sont de l’eau !
Pour toutes ces raisons, il faut connaître la composition corporelle.
Le corps peut être assimilé à un organisme à plusieurs compartiments :
Masse maigre : os, muscles et viscères, eau
Masse grasse : périphérique et profonde
source: http://www.autrement.asso.fr/


2.2- Causes et incidences 

    Anorexie, boulimie ou l’alternance des deux (anorexie-boulimie) représentent les formes les plus graves et préoccupantes des troubles du comportement alimentaire ; elles sont en augmentation depuis les années 70 et concernent environ 10 % de la population. Enfin, l’obésité, considérée comme la maladie du siècle par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), relève dans au moins une moitié des cas d’un trouble du comportement alimentaire similaire à la boulimie : l’ hyperphagie incontrôlée. Parmi les personnes atteintes d’un trouble grave du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, anorexie-boulimie) 90 % sont des femmes et seulement 10 % des hommes. Ces troubles touchent davantage des personnes issues d’un milieu socio- culturel élevé, tandis que l’obésité concerne plutôt les milieux défavorisés.                              

source: SIMONEAU, Jacqueline, « Mythes , vérités sur l'apport calorifique de certains aliments », Capital santé, no. 4, (janvier-février 2002) : p. 20-28



2.3- Influence de la génétique 

Des progrès importants ont été réalisés depuis quelques années dans la compréhension des bases génétiques de l'obésité. Il existe en effet une inégalité des individus face à l'obésité. Les études de comparaison de corpulence de vrais et faux jumeaux ainsi que des études de comparaison de corpulence chez des sujets adoptés comparativement à celle des familles naturelles et des familles adoptives plaident en faveur de l’existence de facteurs génétiques.
Les études génétiques des populations nous apprennent que l'héritabilité de l'obésité oscille de 25 à 45 %.
La découverte de la leptine (hormone sécrétée par le tissu adipeux ayant un rôle sasiétogène ) et de son rôle régulateur de la prise alimentaire, il y a quelques années, avait laissé espérer des possibilités de traitement qui se sont révélées pour l'instant décevantes chez l'homme.

source:
http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2000/mag1606/nu_1805_obes_enfant.htm


2.4- Déséquilibre de l'activité physique

L'activité physique joue aussi un rôle dans la survenue d'un surpoids. Les enfants sont de nos jours plus sédentaires que par le passé. On constate une diminution d'activité physique et une augmentation de certaines activités sédentaires comme la télévision ou les jeux vidéo qui constituent des facteurs de risque de l'obésité.

L’activité physique contribue à diminuer le bilan énergétique. De plus, elle joue un rôle favorable sur la composition corporelle, les capacités fonctionnelles et le développement des enfants.
Une étude réalisée chez 87 enfants a ainsi montré que plus les gens sont actifs, plus leur pourcentage de masse grasse est faible, bien que leurs apports énergétiques soient plus élevés. ). Cette étude montre également une relation positive significative entre les heures passées devant la télévision et l'indice de masse corporelle.

source:
http://www.cerin.org/recherche/articles/SYN1999AP4_santePublique.asp



2.5- Le rôle de l’alimentation

    L'obésité est rarement la conséquence d'une “mauvaise hérédité” ou d'un “mauvais fonctionnement des glandes”. Le maintien d'un poids stable et normal est dû à un équilibre entre les apports alimentaires et leur utilisation. Cet équilibre peut être rompu soit par une augmentation des apports (consommation alimentaire excessive) soit par diminution de leur utilisation (activité physique diminuée). L'excès alimentaire non utilisé est alors mis en réserve sous forme de masse grasse responsable de la prise de poids. Autrement dit, un individu devient obèse car il mange trop par rapport à ses besoins. Même si nous ne sommes pas tous égaux devant l'assiette, certains sujets ayant tendance plus que d'autres à mettre en réserve, dans la majorité des cas, l'obésité survient quand existe une consommation alimentaire excessive soit par entraînement, vie sociale et entourage “poussant à la consommation”, soit par compensation, manque d'affection, situation d'échec... En résumé, une sur consommation expose systématiquement au risque d'obésité même en l'absence de gènes prédisposant.
source: http://www.cerin.org/recherche/articles/SYN1999AP4_santePublique.asp

2.6- Les besoins énergétiques

    Derrière leur apparente variété, les aliments se résument ou se transforment tous en quelques classes de nutriments : les glucides, les protides, les lipides, auxquels il faut ajouter quelques éléments indispensables comme les vitamines et l'eau. Avant d'étudier dans le détail ces différents nutriments, voici d'abord quelques notions générales sur les besoins de l'organisme et en particulier les calories, qui sont l'unité de mesure universelle de tous les aliments, permettant de mesurer exactement nos besoins en nourriture et nos dépenses d'énergie. Outre les éléments indispensables qu'elle fournit à la croissance et à la vie de l'organisme humain, l'alimentation apporte, en effet, de l'énergie. De ce point de vue, on ne distingue pas les aliments, qui en offrent tous une certaine dose, sous forme de calories. Celles-ci permettent de remplacer l'énergie dépensée par l'organisme dans ses échanges avec le milieu extérieur. La quantité d'énergie dont nous avons besoin chaque jour doit couvrir les dépenses de base de l'organisme, ainsi que celles de l'effort musculaire ou de la lutte contre le froid.2.5- 
source: http://www.cerin.org/recherche/articles/SYN1999AP4_santePublique.asp

2.7- Déséquilibre de l'activité physique

    L'activité physique joue aussi un rôle dans la survenue d'un surpoids. Les enfants sont de nos jours plus sédentaires que par le passé. On constate une diminution d'activité physique et une augmentation de certaines activités sédentaires comme la télévision ou les jeux vidéo qui constituent des facteurs de risque de l'obésité.
source:
le site de Carpe Diem

2.8- Le rôle de la santé mentale 

    Sur le plan conceptuel, la santé mentale est considérée ici comme un ensemble d’attributs affectifs/relationnels et cognitifs qui permettent à l’individu d’assumer les fonctions voulues avec résilience et ainsi bien relever les défis du fonctionnement tant mental que physique. La satisfaction au travail et le bonheur font partie de ces états souhaitables, tout comme l’estime de soi, le sentiment de contrôle et le sentiment de cohésion. Même si certains estiment que ces derniers sont des déterminants de la santé mentale, nous considérons ici qu’il s’agit d’indicateurs (positifs) de l’état de santé mentale, puisqu’ils contribuent à la résilience et à la capacité d’adaptation.
L’a
ctivité physique contribue à diminuer le bilan énergétique. De plus, elle joue un rôle favorable sur la composition corporelle, les capacités fonctionnelles et le développement des enfants.
Une étude réalisée chez 87 enfants a ainsi montré que plus les gens sont actifs, plus leur pourcentage de masse grasse est faible, bien que leurs apports énergétiques soient plus élevés. ). Cette étude montre également une relation positive significative entre les heures passées devant la télévision et l'indice de masse corporelle.
source:
http://www.cerin.org/recherche/articles/SYN1999AP4_santePublique.asp

 

                                                                                                     

Enquête

Menu

 

Pour mener notre enquête, nous avons recouru au sondage comme technique de recherche. Notre population cible était des jeunes adulte de 17- 23 ans , qui suivaient un cours de méthodologie des sciences humaine à la session d'hiver 2002 au Cégep du Vieux Montréal. Suite à ce sondage nous avons compilé nous résultats en diagramme circulaire. le but d' une telle enquête était de vérifier les perception, les connaissance et finalement les préjugés que les jeunes peuvent entretenir face aux personne souffrant de troubles alimentaires.

Voici nos résultats:

nous pouvons remarque que 69% des jeunes adultes sont d'avis que les problèmes de l'obésités sont le résultats de plusieurs facteurs mis en commun. De l'autre côté 19% pense plutôt qu'il s'agit uniquement d'un dérèglement alimentaire. Il est étonnant de constater que seulement 3% de notre population cible pensent qu'il s'agit d'un problème relié à un manque d'exercice.   
Une personne est dite obèse lorsque sont indice de masse corporel se situe à 20 . La grande majorité des répondants soit 58% d'entre eux, pense plutôt qu' un personne avec un indice de masse corporel de 27 est considéré comme obèse. 
Ici, les résultats nous ont étonnés.60% des répondants pense qu'une intervention chirurgicale est la solution pour régler un problème de trouble alimentaire, contre 30% qui estime qu' un bon régime est une bonne solution.  
 
Nous avons dit plus haut que  n'était pas assez actif, mais les résultats de notre sondage nous démontre que 65% des jeunes estime qu'il sont en bonne condition physique. 
Les jeunes semblent en forte majorité êtres satisfait de leur corps et ne voudraient pas le changer si cela était possible. Ici par contre, nous ne savons pas si les risque du clonage les rendent retissant ou si ils sont réellement satisfait de leur corps.
La grandes majorité des répondant estime si cela était une possibilité vouloir ressembler à Brithey Spears, une jeune chanteuse très sexy. 

 

 

 

 

Site web

 

Menu

Le collectif action alternative en obésité


Ce site nous présente un collectif qui milite en faveur des personnes au prise avec des excès de poids et leur mission se résume à informer les gens sur quelques statistiques troublantes, à condamner toutes diètes qui ne respectent pas les normes biologiques et à intervenir en sensibilisant la population à ce dangereux phénomène de société. À l’intérieur du site, nous retrouvons la présentation du collectif, les nouvelles et les activités au calendrier de ce dernier et les interventions sur l’obésité et la préoccupation du poids faites auparavant. Ce collectif pourrait être un bon aspect de notre recherche parce qu’il intervienne au quotidien dans le phénomène de l’obésité et qu’il en connaisse plus longuement que nous sur le sujet.
Le collectif action alternative en obésité

 

Centre de santé minceur


Ce site correspond à nous introduire à la pratique des centres de santé minceur et à nous définir leur intervention offerte à tous ceux qui désire suivre une diète amaigrissante. Le plan du site se lit comme suit : un historique, l’inventaire des centres minceurs, les services et les produits disponibles, la haute technologie, la vente de franchise, une revue des centres minceur, des info-pub, des chroniques, des recettes minceur, un quiz sur la santé minceur et quelques études de cas. Je trouve personnellement, sans avoir lu au complet la page, que les centres de santé minceur seront un exemple à proscrire pour tous ceux qui veulent perdre du poids, car je ne crois pas aux diètes miracles. Ce site me fait rire un peu, même avant de l’avoir consulté.
Centre de santé minceur

 

Michel Montignac – Clinique Vitalité Minceur en Ligne


Ce site orchestré par un grand homme nous propose ses programmes de santé minceur avec une assurance et une volonté sans pareil. Si vous le désirez, vous pouvez vous inscrire à un programme de santé minceur personnalisé, il nous parle de ces centres de santé minceur et de ces boutiques, il aborde évidemment la méthode Montignac pour perdre du poids et il y a aussi un petit historique de ce grand homme qui a donné sa vie pour la santé des autres. Alors, je ne sais pas en quoi ce site pourra nous aidé, à part de soumettre une investigation afin de maigrir, dans notre recherche, mais il me fait mourir de rire.
Michel Montignac – Clinique Vitalité Minceur en Ligne

 

 

La Société des Technologues en Nutrition


Cette page Internet traite de grand enjeu entourant la nutrition avec la collaboration de technicien-spécialistes de cette science de l’alimentation. Sur cette page, il nous explique ce qu’est La Société des Technologues en Nutrition ( STN ), il nous montre leur petit journal, il nous dévoile leur coup de cœur du mois, il nous donne tous les partenaires avec qui ils échangent des informations, il dicte les nombreuses techniques de diététique et il nous tienne au courant des événements à venir prochainement. Avec leurs précieuses connaissances de la nutrition, nous pourrons nous inspirer de leurs techniques pour appuyer nos arguments autour du fait de bien s’alimenter pour conserver un poids raisonnable.
La Société des Technologues en Nutrition

 

 

Belles Rondeurs


Un site dédié spécialement à l’extrême beauté de la femme ronde dans le but de réduire l’antipathie de certaines personnes face aux grosse femmes et que ces même femmes apprennent à s’accepter malgré leurs imperfections corporelles. En bref, une partie est réservée à la place publique, une autre nous donne un guide ressources, une autre traite de l’activisme, une autre nous liste les sites reliés à ce site et une dernière nous fait prendre conscience de boutiques pour les femmes rondes. Il nous aidera à mieux comprendre comment ces femmes rondes font pour bien vivre et être heureuse malgré leur surplus de poids.
Belles Rondeurs

 

 

Bienvenu sur le site de Carpe Diem


Cette page nous apprend l’existence d‘un centre thérapeutique des troubles alimentaires ayant comme appellation « Carpe Diem » qui symbolise l’amour de soi. À l’intérieur, nous y retrouvons une définition des troubles alimentaires, de leur approche thérapeutique du phénomène et il donne l’éventail de leurs services. Un site très intéressant qui apporte une bonne définition des troubles alimentaires. Enfin, un bon endroit pour tous ceux au prise avec un dérèglement alimentaire.
Bienvenu sur le site de Carpe Diem

 

 

  Bibliographie

Menu 


ABRAHAM, Suzanne, Derek, Llewellyn-Jones, Eating disorders:the facts(3e édition), «Oxford medical publications», Oxford university press, 1992. 201 p.
(Localisation: Centrale Monographies, RC552E18A35 1992)

Ce livre met en relation les troubles de l’alimentation et la sexualité et il énumère de ce fait des diagnostiques et des informations à propos des traitements existants déjà. Il y a aussi des informations sur les conditions spécifiques de l’anorexie, de la boulimie et de l’obésité. Ensuite, il est question des comportements alimentaires des adolescents et il y a par ailleurs un chapitre complet sur les troubles
3.d’alimentation. Bref, il me paraît très utile parce qu’il y a plein d’informations connexe à notre travail de recherche, mais il est écrit en anglais.

.
CASSEL, Danak, Felix E.S. Larocca, The encyclopédia of obesity and eating disorders ; Facts of file, New-York, 1993. 259 p.

Tout d’abord, ce livre est très complet car il traite de l’obésité sous tous ses aspects physiques et psychologiques et il aborde les traitements de la vie sexuelle des personnes obèses. La place réservée aux jeunes dans cette encyclopédie est très bien présentée et expliquée. La première partie est constituée d’un index classant tous les termes tournant autour de l’obésité. La deuxième partie nous montre les découvertes scientifiques qui apparaissent en ordre chronologique. Finalement, il y a un répertoire de tous les centres d’aide ayant un intérêt pour l’obésité ou les troubles alimentaires aux Etats- Unis.


Centre de documentation pour le sport (Ottawa, Ont.), Eating disorders in athletes/ Troubles alimentaires chez les athlètes, «SportBiblio», Sport Information Resource Centre, Gloucester, 1991. 18 feuillets.
(Localisation: Éducation Référence, Z7511S65 V16 Consultation seulement)

Cet ouvrage de référence nous livre une multitude d’éléments reliés au thème des troubles alimentaires à travers différentes disciplines sportives et différents niveaux : enfance, adolescence, collégial et universitaire. En plus d’être spécifié en ballet, danse, patinage artistique, gymnastique, natation, il traite aussi de la nutrition, de la condition physique, de la physionomie, de la psychologie et de la sociologie toujours en rapport à la problématique du comportement alimentaire. Il devrait être pertinent sur le point de vue des solutions à faire ressortir pur contrer les problèmes de poids.


K. ERDMAN, Dr Cheri, Ronde et épanouie ! , Éditions de l’homme, Montréal, 1995. 181 p.

Cet auteur qui est elle-même une personne obèse, mais épanouie, partage son histoire et demande aux femmes de s’accepter comme elles sont. Elle nous met en garde contre les dangers reliés au fait de jouer à perdre et à regagner du poid en sans cesse et nous explique les conséquences qui entraînent de sérieux effets sur la santé physique et psychologique des personnes qui ne suivent pas les conseils de leur diététitien correctement. En conclusion, il décrit bien tout le côté psychologique des problèmes du comportement alimentaire.

Cote : AC 20 u5511 M469 ex.2

Cet ouvrage traite d’une expérience menée sur des groupes de personnes obèses et elle tente de déterminer si l’anxiété peut mener à la surconsommation alimentaire. Les sujets du premier groupe pratiquait la relaxation, une fois par semaine, et le deuxième groupe écoutait la télévision pendant le même temps. À chaque semaine, les sujets étaient pesés et des analyses accompagnaient ces prises de poids pour réaliser que le premier groupe conservait un poids plus stable


Musculation chez les jeunes
cote : Z 7511 S65 V12

Cet autre ouvrage de référence nous renvoie surtout à des sports en particulier qui peuvent être de très bonne pratique sportive pour les jeunes au pise avec un problème de poid. Par ailleurs, il touche à la notion d’entraînement, de «coaching» et de physiologie. Encore ici, on trouve une panoplie de références qui peuvent être considérées comme importantes dans la raison où ces habitudes de vie sont de mise à adopter pou retrouver un poid équilibré


SANCHEZ- CARDENAS, Michel, Le comportement boulimique, «Médecine sportive», Masson, Paris, 1990. 11 p.-1 Sanchez- Cardenas, Michel
(Localisation: Centrale.Monographie, RC552B84S26)

Ce livre présente la boulimie comme une crise où toutes les étapes y sont expliquées : la pré-crise, la crise, la fin dela crise et l’après crise. Entre autre, elle analyse le comportement boulimique de façon générale puis par la suite à travers les différentes écoles de pensées en psychologie. La section réservée aux jeunes dans ce livre n’a que deux pages, mais on y retrouve de bonne explication.


SICARD DE CARUFEL, Jean-Francois, Etude de validation d'un appareil mesurant la rigidité penienne : rapport d'activité présenté à l'Université du Québec à Montréal comme exigence partielle de la maîtrise en sexologie, «Rapport d’activité / Université du Québec à Montréal [47] . 02-1187665», : Université du Québec à Montréal, Montréal, 1988. 88 feuillets.
(Localisation: Centrale Monographies, AC20U5555 N47)

Ce rapport se veut une sorte d'étude exploratoire sur la relation entre l’obésité, l’image corporelle et la sexualité féminine. Six femmes participent à la recherche et les points abordées dans cette étude sont le contexte théorique, la description des activités, la présentation des données et l’analyse des données. Les deux dernières partie me seront plus utile que les autres parce qu’elles m’apprendront des statistiques pratiques.


WALSH, Suzanne, Les normes sociales et juridiques concernant le poids des individus , Université du Québec à Montréal, 1991. 178 p.

Ce mémoire se penche sur la place accordée aux personnes souffrants de la maladie de l’obésité dans nos sociétés. Alors, ces personnes ont besoin de ressources juridiques ou encore de l’aide particulier à cause de leur handicap ( ex : transport adapté). La question posé ici est de savoir si les personnes obèses sont victime de discrimination. Dans la première partie, il y a les droits des obèses dans une dimension sociale, culturelle et juridique. La deuxième partie parle du droit des malades à l’intégrité physique. Malheureusement, aucune partie du livre ne s’attarde à l’adolescence.


WOODMAN, Marion, : Obésité, anorexie nerveuse et féminité refoulée, La pleine lune,«Essaie», Lachine, 1994. 213 p.
(Localisation: Centrale Monographies, RC552O25W6614)

Ce bouquin est le résultat d’une étude menée auprès de femmes obèses afin de déterminer les facteurs de ce problème de grande envergure. Il y a des études de cas et des analyses plus complexes qui essaie de démontrer que les troubles du comportement alimentaire sont des symptômes physiques liés au fait de la répression généralisée de la nature féminine dans nos cultures. D’abord, elle y cite ses résultats de recherche, elle parle du corps et de la psyché et elle tergiverse sur la féminité perdue puis retrouvée. C’est un excellent livre dans l’ensemble, mais il traite de la problématique uniquement d’un point de vue féminin.


YAÏCH, Jean-Louis, Gérard Apfeldorfer, Kilos de plume, kilos de plomb, Éditions des Seuil, Paris, 1988. 248 p
(Localisation: Centrale Monographies, RC552O25Y25)

Ce livre relate le parcours d’un homme à l’intérieur de sa quête d’amaigrissement à l’aide de son psychiatre. Il traite en général de la psychologie des personnes au prise avec des fluctuation de poids importantes. Finalement, c’est le journal de bord des étapes par lesquelles il est passée pour enfin retrouver un poids normal. Je prendrai note de le lire comme lecture de chevet et de prendre en exemple cet homme qui a réussi une victoire contre l’obésité ce que beaucoup de personnes aspirent à accomplir.

ABRAHAM, Suzanne, Derek, Llewellyn-Jones, Eating disorders : the facts, «Oxford medical publications», Oxford university press, 1992. 201 p.
Localisation: Centrale monographies
RC552E18A35 1992

Ce livre met en relation les troubles de l’alimentation et la sexualité et il énumère de ce fait des diagnostiqueurs et des informations à propos des traitements existants déjà. Il y a aussi des informations sur les conditions spécifiques de l’anorexie, de la boulimie et de l’obésité. Ensuite, il est question des comportements alimentaires des adolescents et il y a par ailleurs un chapitre complet sur les troubles d’alimentation. Bref, il me paraît très utile parce qu’il y a plein d’informations connexe à notre travail de recherche, mais il est écrit en anglais.


APFELDORFER, Gérard, Je mange, donc je suis : surpoids et troubles du comportement alimentaire, Payot, «Petite bibliothèque Payot», 1993. 328 p.
Localisation monographie
RC552E18A65 1993

BELLISLE, France Le comportement alimentaire humain, Parie, Institut Danone, 1999. 139 p.
Localisation: Éducation monographies
GT2850B45 1999 Disponible



CANADA, Groupe de travail sur le traitement de l'obésité, Rapport du Groupe de travail sur le traitement de l'obésité , Ottawa, Santé et bien-être social Canada , 1991. 68 p. Localisation: Centre de documentation Sciences humaines Publications gouvernementales. +CA1 H39-201/ 1991F Disponible

.
CASSEL, Danak, Felix E.S. Larocca, The encyclopédia of obesity and eating disorders ; Facts of file, New-York, 1993. 259 p.

Tout d’abord, ce livre est très complet car il traite de l’obésité sous tous ses aspects physiques et psychologiques et il aborde les traitements de la vie sexuelle des personnes obèses. La place réservée aux jeunes dans cette encyclopédie est très bien présentée et expliquée. La première partie est constituée d’un index classant tous les termes tournant autour de l’obésité. La deuxième partie nous montre les découvertes scientifiques qui apparaissent en ordre chronologique. Finalement, il y a un répertoire de tous les centres d’aide ayant un intérêt pour l’obésité ou les troubles alimentaires aux États-Unis.



CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, Bulletin signalétique - Centre national de la recherche scientifique 380 Produits alimentaires, Paris, Centre national de la recherche scientifique, Informascience 1982. Vol. 40-43, 1979-82
Localisation: Annexe monographies (bibliographie)
Z5073AB8 Disponible sur demande

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, Bulletin signalétique - Centre national de la recherche scientifique Agronomie, zootechnie, Paris, Centre de Documentation du CNRS, 1990. Vol. 23-26, 1989-1990
Localisation: : Annexe monographies (bibliographie) Z5073A1 B9


COTE, Stéphanie, « Un problème énorme! », Guide ressources, no. 8 (avril 2001) : p. 24-27.




CRAPLET, Camille-Charles, Josette Craplet- Meunier, S.O.S. santé: histoires d'assiettes et de santé, Paris Vigot, 1984. 213 p.
Localisation: Éducation monographies RC628C73

DECLERCK, Michele, Jeanne Boudouard, Paris, Denoël/Gonthier, « Femme » 1981. 237 p.
Localisation: Centrale monographies
HQ1208D39

DENOYER, Marie- Christine, Dictionnaire des termes sanitaires et sociaux, Paris, Masson, 1999. 311 p.
Localisation: Centrale référence
R121D47 Consultation seulement

DESSUREAULT, Lyne, Dominique, Daigneault, L'obsession de la minceur,Verdun, Centre des femmes de Verdun, 1991. 158 p.
Localisation: Centre de documentation Sciences humaines monographies
TX361W55D48

DONSBACH, Kurt, Obésité, Sherbrooke, Éditions du IIIe millénaire,< >, 1990. 57p.
Localisation: Éducation monographies
RC628D6514 Disponible

SIMONEAU, Jacqueline, « Mythes et vérités sur l'apport calorifique de certains aliments », Capital santé, no. 4, (janvier-février 2002) : p. 20-28


Emmanuel, RUSCH, Dictionnaire de l'information en santé publique, Paris, Frison- Roche, 1994. 261 p.
Localisation: Centrale référence
RA423R88 Consultation seulement



HOLLIS, Judi, Maigrir, une affaire de famille : un guide plein d'espoir pour ceux qui souffrent de désordres nutritionnels et pour ceux qui les aiment, Sciences et culture Montréal , « Hazelden cheminement », 1992.
261 p.
Localisation: Centrale monographies RC552E18H6514 Disponible


HURET, Hélène, « Votre enfant est gros comment l'aider? », Guide ressource no. 1 ( septembre 2001) : p. 118-122.


K. ERDMAN, Dr Cheri, Ronde et épanouie ! , Éditions de l’homme, Montréal, 1995. 181 p.

Cet auteur qui est elle-même une personne obèse, mais épanouie, partage son histoire et demande aux femmes de s’accepter comme elles sont. Elle nous met en garde contre les dangers reliés au fait de jouer à perdre et à regagner du poids en sans cesse et nous explique les conséquences qui entraînent de sérieux effets sur la santé physique et psychologique des personnes qui ne suivent pas les conseils de leur diététicien correctement. En conclusion, il décrit bien tout le côté psychologique des problèmes du comportement alimentaire.

Cote : AC 20 u5511 M469 ex.2



KOTKIN, Leonid , Mangez, réfléchissez et devenez svelte Montréal, Éditions du Jour , < >, 1973. 208 p.
Localisation: Sciences monographies
RC628K614 Disponible

MARTINAND, Eliane, « L'obésité de l'enfant et de l'adolescent », Revue EPS, no. 290 ( juill.-août 2001) : p. 39-42


LAROCQUE, Maurice, Le poids mental, Montréal , Québecor, « Alimentation et santé », 1991. 205 p.
Localisation: Centrale monographies
RC552O25L37

LAZENAIRE , Michel , Philippe, Marchand, La nourriture, la société et le médecin, Paris, Masson, « Médecine et psychothérapie », 1983.
163 p.
Localisation: Centrale monographies
RC552A5L39 Disponible


LEGROS, Claire, « toujours plus gros », La Vie, no. 2898 ( 15 mars 2001) : p. 32-34.


LESNE, , Élisabeth, Papa, maman, on m'a traité de gros, Paris, A. Michel, «Questions de parents », 1998. 157 p. Localisation: Centrale monographies
RC552O25L48
Prêté jusqu'au 2002/02/19


OTTAWA, Centre de documentation pour le sport , Eating disorders in athlètes/ Troubles alimentaires chez les athlètes, SportBiblio, «Gloucester », 1991. 18 feuillets.
Localisation: Éducation référence, Z7511S65 V16
Consultation seulement

Cet ouvrage de référence nous livre une multitude d’éléments reliés au thème des troubles alimentaires à travers différentes disciplines sportives et différents niveaux : enfance, adolescence, collégial et universitaire. En plus d’être spécifié en ballet, danse, patinage artistique, gymnastique, natation, il traite aussi de la nutrition, de la condition physique, de la physionomie, de la psychologie et de la sociologie toujours en rapport à la problématique du comportement alimentaire. Il devrait être pertinent sur le point de vue des solutions à faire ressortir pur contrer les problèmes de poids.


OUVRARD, Christine, « La recette de l’obésité », Sélection du Reader's digest, no. 646 ( avril 2001) : p. 80-85.


Pierre, AGUILAR, Dictionnaire de la santé , Paris, Masson, 1998. 396 p.
Localisation: Centrale référence
R121D47 Consultation seulement


QUÉBEC,Conseil d'évaluation des technologies de la santé du Québec, GÉLINAS, Huguette, Le traitement chirurgical de l'obésité morbide, Montréal, 1998. 102 p.
Localisation: Centrale Publications gouvernementales
+CA2QU S2 E815 T736 Consultation seulement

QUEBE, Office de la protection du consommateur, Maigrir? : gare a la publicité trompeuse, Québec : Office de la protection du consommateur, 1989. 61 p.
Localisation: Centrale Publications gouvernementales
+CA2QU A11 P76 M24+ Consultation seulement

ROBINSON, Martine, Musculation chez les jeunes, Payot, « Petite bibliothèque », 1995. 389 p.
Localisation référence
cote : Z 7511 S65 V12

Cet autre ouvrage de référence nous renvoie surtout à des sports en particulier qui peuvent être de très bonne pratique sportive pour les jeunes au pise avec un problème de poids. Par ailleurs, il touche à la notion d’entraînement, de «coaching» et de physiologie. Encore ici, on trouve une panoplie de références qui peuvent être considérées comme importantes dans la raison ou ces habitudes de vie sont de mise à adopter pou retrouver un poids équilibré



SANCHEZ-CARDENAS, Michel, Le comportement boulimique, «Médecine sportive», Masson, Paris, 1990. 11 p.-1 Sanchez- Cardenas, Michel
Localisation: Centrale monographie
RC552B84S26

Ce livre présente la boulimie comme une crise où toutes les étapes y sont expliquées : la pré-crise, la crise, la fin de la crise et l’après crise. Entre autre, elle analyse le comportement boulimique de façon générale puis par la suite à travers les différentes écoles de pensées en psychologie. La section réservée aux jeunes dans ce livre n’a que deux pages, mais on y retrouve de bonne explication.


SCHMIT, Gérard, L'obésité chez l'enfant, Paris, Presses universitaires de France, < >, 1989. 127 p.
Localisations: Centrale monographies
RJ399C6S36

Serge, TRIBOLET, Lexique de santé mentale, Toulouse, Privat, Toulouse, 1997. 192 p.
Localisation: Centrale référence
RA790T75 Consultation seulement


SICARD DE CARUFEL, Jean- Francois, Étude de validation d'un appareil mesurant la rigidité pénienne : rapport d'activité présenté à l'Université du Québec à Montréal comme exigence partielle de la maîtrise en sexologie, «Rapport d’activité / Université du Québec à Montréal [47] . 02-1187665», : Université du Québec à Montréal, Montréal, 1988. 88 feuillets.
(Localisation: Centrale monographies, AC20U5555 N47)

Ce rapport se veut une sorte d’étude exploratoire sur la relation entre l’obésité, l’image corporelle et la sexualité féminine. Six femmes participent à la recherche et les points abordées dans cette étude sont le contexte théorique, la description des activités, la présentation des données et l’analyse des données. Les deux dernières partie me seront plus utile que les autres parce qu’elles m’apprendront des statistiques pratiques.

SIMONEAU, Jacqueline, « Mythes et vérités sur l'apport calorifique de certains aliments », Capital santé, no. 4, (janvier-février 2002) : p. 20-28


ST- GERMAIN, Claudine, « Nos jeunes sont-ils en santé? »,Capital santé, no. 2 ( nov. 2001) : p. 66-70.


TEYSSEIRE, Daniel, Obèse et impuissant : le dossier médical d'Élie-de-Beaumont, Grenoble, « Mémoires du corps », 1995. 131 p.
Localisation: Centrale monographies
R148O24 Disponible


VINCENT, Olivier, « La France grossit », L' Express, no. 2588 (8 févr. 2001) : p. 24-25.


VILLEDIEU, Yanick, « Obésité : l'épidémie du 21e siècle »
L'Actualité, no. 4 (15 mars 2001) : p. 24-34.


WALSH, Suzanne, Les normes sociales et juridiques concernant le poids des individus , Université du Québec à Montréal, 1991. 178 p.

Ce mémoire se penche sur la place accordée aux personnes souffrants de la maladie de l’obésité dans nos sociétés. Alors, ces personnes ont besoin de ressources juridiques ou encore de l’aide particulier à cause de leur handicap ( ex : transport adapté). La question posé ici est de savoir si les personnes obèses sont victime de discrimination. Dans la première partie, il y a les droits des obèses dans une dimension sociale, culturelle et juridique. La deuxième partie parle du droit des malades à l’intégrité physique. Malheureusement, aucune partie du livre ne s’attarde à l’adolescence.


WOODMAN, Marion, Obésité, anorexie nerveuse et féminité refoulée, La pleine lune,«Essaie», Lachine, 1994. 213 p.
(Localisation: Centrale monographies, RC552O25W6614)

Ce bouquin est le résultat d’une étude menée auprès de femmes obèses afin de déterminer les facteurs de ce problème de grande envergure. Il y a des études de cas et des analyses plus complexes qui essaie de démontrer que les troubles du comportement alimentaire sont des symptômes physiques liés au fait de la répression généralisée de la nature féminine dans nos cultures. D’abord, elle y cite ses résultats de recherche, elle parle du corps et de la psyché et elle tergiverse sur la féminité perdue puis retrouvée. C’est un excellent livre dans l’ensemble, mais il traite de la problématique uniquement d’un point de vue féminin.


YAÏCH, Jean-Louis, Gérard Apfeldorfer, Kilos de plume, kilos de plomb, Éditions des Seuil, Paris, 1988. 248 p
Localisation: Centrale monographies
RC552O25Y25

Ce livre relate le parcours d’un homme à l’intérieur de sa quête d’amaigrissement à l’aide de son psychiatre. Il traite en général de la psychologie des personnes au prise avec des fluctuation de poids importantes. Finalement, c’est le journal de bord des étapes par lesquelles il est passée pour enfin retrouver un poids normal. Je prendrai note de le lire comme lecture de chevet et de prendre en exemple cet homme qui a réussi une victoire contre l’obésité ce que beaucoup de personnes aspirent à accomplir.




ZARTDMAN, Kathy, Obsédée de la perfection , Lachine, La Pleine lune, 1996. 252 p.
Localisation: Centrale monographies
HQ1206W88314

Menu 




 

(C) 2002 méthodologie

Les informations de ce site peuvent être copiées dans un but d'information non commerciale

 

Les photographies sont la propriété de Joé et Myriam Mattioli  et  ne peuvent être dupliquées sans leur autorisation.



Initiation pratique à la méthodologie des sciences humaines (300-300)
Cégep du Vieux Montréal ©2001